MyBotsBlog -2M report

Chronologie Iphone S'abonner à notre Newsletter -Subscribe to our Newsletter Tue Apr 24 00:00:03 CEST 2018
19/04/18 Autisme et psychanalyse, histoire d'un echec francais [theconversation]
07/04/18 Le medico-social desormais sous la houlette de la HAS [informations.handicap]
07/04/18 Quatrieme plan autisme : « Il n'a ni la forme ni les moyens d'un grand plan de sante publique » [mobile.lemonde]
03/04/18 Haute Autorite de Sante - Autisme de l'adulte - S'adapter pour favoriser l'acces aux soins [has-sante]
30/03/18 La pedopsychiatrie ne veut pas mourir ! [liberation]
29/03/18 Soupcons de malversations : l'ex-rectrice de l'academie de Rouen limogee... et bientot jugee [paris-normandie]
29/03/18 CAA : des solutions pour s'exprimer en cas de handicap ? [informations.handicap]
29/03/18 Inclusion scolaire systematique : un constat alarmant - Force Ouvriere [force-ouvriere]
28/03/18 Acces aux loisirs en cas de handicap : vous en pensez quoi ? [informations.handicap]
28/03/18 Inconduite sexuelle au feminin | Le Devoir [ledevoir]
28/03/18 [En direct] Les deputes debattent du texte polemique sur le secret des affaires | LCP Assemblee nationale [lcp]
26/03/18 Reponse d'un neuroscientifique a Gerard Pommier | Le Blog de Ben-Ari [leblogdebenari]
24/03/18 « Les neurosciences, d'un point de vue educatif, ne servent a rien ! » - Le Point [lepoint]
23/03/18 Handicap: 5 conseils pour reussir son entrepreneuriat! | Talenteo [talenteo]
22/03/18 France, Conseil d'Etat, Juge des referes, 17 janvier 2018, 416953 [juricaf]
21/03/18 « La prise en compte du handicap, priorite de mon mandat » - La Croix [la-croix]
21/03/18 Les creches suedoises accueillent la difference - La Croix [la-croix]
21/03/18 Les creches suedoises accueillent la difference - La Croix [la-croix]
18/03/18 consultation en ligne « Familles & Handicap » OpinionWay [ow.cawi]
17/03/18 FIFA: Lettres en direct du cerveau [ledevoir]
17/03/18 Etudiant, refoule d'une ecole a cause de son handicap - Education (10669) [informations.handicap]
16/03/18 Six points cles du rapport de la Commission europeenne sur la desinformation [medium]
15/03/18 Composition du groupe d'etudes : autisme au 13 mars 2018 - 15eme legislature - Assemblee nationale [www2.assemblee-nationale]
06/03/18 Dr Ducanda: une maman depose plainte | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
04/03/18 Marseille | Marseille : Neurochlore, une experience a suivre | La Provence [laprovence]
03/03/18 #AFGgate #AutiLeaks - « Antidesinstitutionnalisme » : Quand le lobby medico-social dicte les mesures du 4eme Plan Autisme. Le gouvernement a genoux devant AFG Autisme. - L'Autisme Vaincra [lautismevaincra]
02/03/18 Exclusif - Le temoignage accablant d'un infirmier psychiatrique sur les ''traitements inhumains'' au CHU de Saint-Etienne | FranceSoir [francesoir]
01/03/18 Psychiatrie : des « traitements inhumains » a l'hopital de Saint-Etienne [lemonde]
24/02/18 Centre Presse : Une journee consacree au jeune en situation de handicap [centre-presse]
23/02/18 Polyhandicap : ils s'expriment via une commande oculaire - Techno (10583) [informations.handicap]


Crise/Analyse de Crise,Tendances
Soupcons de malversations : l'ex-rectrice de l'academie de Rouen limogee... et bientot jugee [paris-normandie]

TED,Crise/Analyse de Crise,Lobbying/Analyse de Lobbying/Tendance
Quatrieme plan autisme : « Il n'a ni la forme ni les moyens d'un grand plan de sante publique » [mobile.lemonde]
Inclusion scolaire systematique : un constat alarmant - Force Ouvriere [force-ouvriere]
« Les neurosciences, d'un point de vue educatif, ne servent a rien ! » - Le Point [lepoint]
#AFGgate #AutiLeaks - « Antidesinstitutionnalisme » : Quand le lobby medico-social dicte les mesures du 4eme Plan Autisme. Le gouvernement a genoux devant AFG Autisme. - L'Autisme Vaincra [lautismevaincra]

TED,Crise/Analyse de Crise,Tendances
Autisme et psychanalyse, histoire d'un echec francais [theconversation]
Haute Autorite de Sante - Autisme de l'adulte - S'adapter pour favoriser l'acces aux soins [has-sante]
CAA : des solutions pour s'exprimer en cas de handicap ? [informations.handicap]
Acces aux loisirs en cas de handicap : vous en pensez quoi ? [informations.handicap]
Reponse d'un neuroscientifique a Gerard Pommier | Le Blog de Ben-Ari [leblogdebenari]
Les creches suedoises accueillent la difference - La Croix [la-croix]
Les creches suedoises accueillent la difference - La Croix [la-croix]
« La prise en compte du handicap, priorite de mon mandat » - La Croix [la-croix]
consultation en ligne « Familles & Handicap » OpinionWay [ow.cawi]
Etudiant, refoule d'une ecole a cause de son handicap - Education (10669) [informations.handicap]
FIFA: Lettres en direct du cerveau [ledevoir]
Composition du groupe d'etudes : autisme au 13 mars 2018 - 15eme legislature - Assemblee nationale [www2.assemblee-nationale]
Dr Ducanda: une maman depose plainte | Le Club de Mediapart [blogs.mediapart]
Psychiatrie : des « traitements inhumains » a l'hopital de Saint-Etienne [lemonde]
Centre Presse : Une journee consacree au jeune en situation de handicap [centre-presse]
Polyhandicap : ils s'expriment via une commande oculaire - Techno (10583) [informations.handicap]

TED,Crise/Analyse de Crise,Veille Reglementaire
Le medico-social desormais sous la houlette de la HAS [informations.handicap]

TED,Juridique
France, Conseil d'Etat, Juge des referes, 17 janvier 2018, 416953 [juricaf]

TED,Lobbying/Analyse de Lobbying,Tendances
La pedopsychiatrie ne veut pas mourir ! [liberation]

TED,Prevention
Inconduite sexuelle au feminin | Le Devoir [ledevoir]

TED,Trends
Marseille | Marseille : Neurochlore, une experience a suivre | La Provence [laprovence]

TED/emploi
Handicap: 5 conseils pour reussir son entrepreneuriat! | Talenteo [talenteo]

Tendances,Stratégie d'Influence et de Contre-influence
Six points cles du rapport de la Commission europeenne sur la desinformation [medium]

Whistle Blowing,Tendances
[En direct] Les deputes debattent du texte polemique sur le secret des affaires | LCP Assemblee nationale [lcp]
Exclusif - Le temoignage accablant d'un infirmier psychiatrique sur les ''traitements inhumains'' au CHU de Saint-Etienne | FranceSoir [francesoir]

Crise/Analyse de Crise,Tendances
Soupcons de malversations : l'ex-rectrice de l'academie de Rouen limogee... et bientot jugee 29/03/2018

«Justice. Après presque trente mois d'enquête, le parquet de Rouen a décidé de poursuivre pénalement l'ex-rectrice de l'académie de Rouen, Claudine Schmidt-Lainé, soupçonnée de malversations. Concours de circonstances (ou pas...) : hier, le ministre de l'Education nationale a mis fin à ses fonctions à Grenoble.»...

<< Sommaire | Catégorie
paris-normandie

TED,Crise/Analyse de Crise,Lobbying/Analyse de Lobbying/Tendance
Quatrieme plan autisme : « Il n'a ni la forme ni les moyens d'un grand plan de sante publique » 07/04/2018

«Depuis sa prise de fonctions voilà près d'un an, le président Emmanuel Macron a répété sa volonté de faire de la prise en charge de l'autisme une priorité nationale. Après neuf mois de concertation, le gouvernement a dévoilé, vendredi 6 avril, les premiers contours du quatrième plan autisme, très attendu par les familles. Mais les responsables associatifs dénoncent, à l'unisson, « un plan sans moyens » qui provoque une « déception immense » et une « vraie colère ».»...

<< Sommaire | Catégorie
mobile.lemonde

Inclusion scolaire systematique : un constat alarmant - Force Ouvriere 29/03/2018

«Communiqué de la FNEC FP FO La FNEC FP FO demande au gouvernement d'ouvrir des négociations en urgence sur les conditions de travail des personnels A l'initiative de la FNEC FP FO, s'est tenue le 28 mars 2018, dans les locaux de la Confédération Force Ouvrière, une conférence sur le sujet de l'inclusion scolaire systématique rendue obligatoire par la loi Peillon de 2013 et mise en oeuvre par le ministre actuel de l'Education Nationale. Ce sont prés de 250 participants venus de tous les départements, de tous les secteurs d'enseignement 1er et 2nd degré, des lycées professionnels, qui ont apporté leur contribution sur le sujet. Participaient également à cette conférence des représentants de la fédération FO des Services publics de santé, des représentants de la FAGE et de la FNAS FO (Action Sociale). A l'issue de cette conférence, toutes les remontées des départements attestent de la dégradation des conditions de travail le confirment. La situation présente un caractère d'urgence. La réalité est accablante. A l'opposé des déclarations gouvernementales lénifiantes sur l'intégration des élèves handicapés, le gouvernement réduit de manière drastique, les moyens affectés à l'intégration/inclusion dégradant considérablement les conditions de travail des personnels de l'Education Nationale.»
[...]
«C’est pourquoi compte tenu de cette situation, la FNEC FP FO s’adresse à Monsieur le ministre de l’Education nationale pour lui demander d’ouvrir des négociations dans les meilleurs délais. Il est urgent d’inverser la tendance. À l’occasion de cette conférence a FNEC FP FO rappelle son exigence :
• du rétablissement du droit à un enseignement spécialisé pour les élèves dont la situation l’exige, ce qui signifie le retour à une orientation au cas par cas des élèves selon la nature et le degré du handicap. - du rétablissement et de la création de tous les postes, structures et établissements des besoins, ainsi que le retour à une réelle formation des enseignants exerçant dans l’enseignement spécialisé. - de l’intégration de tous les personnels accompagnants des élèves en situation de handicap dans un corps de la fonction publique d’État. »...

<< Sommaire | Catégorie
force-ouvriere

« Les neurosciences, d'un point de vue educatif, ne servent a rien ! » - Le Point 24/03/2018

«Ce samedi soir, à La Bellevilloise (Paris, 20e), autour de psychanalystes, de pédopsychiatres et d'enseignants, le fondateur de l'association Pour la psychanalyse invite à débattre autour de la question des neurosciences dans l'Education nationale : « Révolution ou coup de force ? » Le psychiatre et psychanalyste lacanien Gérard Pommier a déjà la réponse. Explications. Le Point : Pourquoi appelez-vous à la démission de Stanislas Dehaene ? N'est-ce pas un peu provocateur ? Gérard Pommier : Non, c'est sa nomination qui a été une provocation ! Nommer un neuroscientifique à la tête d'un conseil de l'Education nationale est un coup de force. C'est un paradigme qui change : avec les neurosciences, on nous fait croire que les problèmes des enfants sont des problèmes de conformité génétique, de neuro-développement...¦ alors que ces causes sont insignifiantes par rapport aux déterminations psychiques et familiales. Dire que l'humain est déterminé à l'avance par ses gènes, c'est de l'eugénisme ! Les théories de l'homme-machine, de l'enfant sauvage, cela fait plus d'un siècle que cela existe... .»
[...]
«Ce n'est pas la personne de M. Dehaene qui est en cause, mais il est le symbole d'un bouleversement radical du rapport à l'humanité que nous contestons : nous pensons qu'il ne lui revient pas de présider le Conseil scientifique. Nous souhaitons un remaniement de ce conseil qui comprend plus de la moitié de personnes qui s'inscrivent dans cette tendance neuroscientifique (le Conseil scientifique n'en compte en fait qu'un tiers, NDLR). Et espérons y voir des enseignants, des parents d'élèves, des sociologues, des psychanalystes, qui éduquent et s'occupent des enfants en souffrance depuis longtemps. Les neuroscientifiques, eux, devraient rester dans leurs laboratoires avec leurs singes, leurs souris et leurs cohortes de patients qu'ils n'ont jamais vus. »...

<< Sommaire | Catégorie
lepoint

#AFGgate #AutiLeaks - « Antidesinstitutionnalisme » : Quand le lobby medico-social dicte les mesures du 4eme Plan Autisme. Le gouvernement a genoux devant AFG Autisme. - L'Autisme Vaincra 03/03/2018

«Suite à une « fuite » AutiLeaks, nous apprenons que c'est au siège de l'association gestionnaire AFG Autisme que, le 20 novembre 2017, une réunion a été organisée avec les membres des groupes de travail et du comité de pilotage du 4ème Plan Autisme, pour « dégager les objectifs opérationnels et les mesures prioritaires qui seront ensuite transmis au Comité de pilotage ».»...

<< Sommaire | Catégorie
lautismevaincra

TED,Crise/Analyse de Crise,Tendances
Autisme et psychanalyse, histoire d'un echec francais 19/04/2018

«La France a un problème avec l'autisme. La Cour des comptes, juridiction chargée de la régularité des comptes publics, estime que le pays compte 700 000 personnes autistes, dont seules 75 000 ont été diagnostiquées. Les enfants sont diagnostiqués plus tard que dans les pays voisins. Ils sont souvent exclus du système éducatif traditionnel et ont un accès limité aux services de soutien scolaire et activités extrascolaires. Les enfants autistes français sont souvent cloitrés dans des hôpitaux de jour ou des institutions, isolés du reste de la communauté et bien souvent incapables de communiquer par oral. Alors qu'aux Etats-Unis, par exemple, les écoles publiques sont dans l'obligation légale d'inclure les enfants autistes dans les classes traditionnelles. Depuis des années, les familles du nord-est de la France doivent emmener leurs enfants en Belgique pour qu'ils bénéficient d'une meilleure prise en charge.»
[...]
«Le rôle de Françoise Dolto Mes recherches portent notamment sur l’impact de la pédopsychanalyste Françoise Dolto qui, dans les années 1970 et 1980, était considérée comme un « monument national ». Elle animait une émission de radio très populaire sur France Inter, où elle répondait aux auditeurs qui lui soumettaient leurs dilemmes en matière d’éducation. Elle a aussi fondé un réseau de centres pour enfants, les Maisons vertes, en partie dirigées par des psychanalystes. »...

<< Sommaire | Catégorie
theconversation

Haute Autorite de Sante - Autisme de l'adulte - S'adapter pour favoriser l'acces aux soins 03/04/2018

«La HAS et l'Anesm* - dont les équipes ont intégré la HAS le 1er avril 2018 - ont publié une recommandation sur les interventions et le parcours de vie de l'adulte autiste. Objectifs ? Améliorer les interventions sanitaires et médico-sociales auprès des adultes autistes afin de favoriser le respect de leurs droits, leur inclusion sociale, leur autonomie, leur santé et leur bien-être. Elle propose aux médecins des outils pour accompagner les adultes autistes et les prendre en charge d'une façon adaptée et coordonnée. Témoignages de professionnels de santé et de personnes impliquées dans cette problématique. Pour les familles et les usagers, l'offre d'accompagnement des adultes autistes en milieu ordinaire et en structure médico-sociale reste insuffisante. « Les personnes autistes ont peu de perspectives adultes alors que des réponses diversifiées devraient leur être proposées : habitat, accompagnement dans l'emploi et la vie sociale, places en établissements », affirme Didier Rocque, président d'une association de parents gestionnaire d'établissements. Père d'un homme autiste de 36 ans, il a participé aux recommandations de la HAS en tant que représentant de familles d'usagers. Les recommandations de la HAS préconisent notamment de personnaliser au maximum les interventions proposées aux adultes autistes. « Les personnes autistes se sont souvent senties rejetées par la société. Les accompagner de façon adaptée et les inciter à participer aux choix qui les concernent peuvent contribuer à restaurer leur estime de soi », estime Didier Rocque. Les recommandations de la HAS affirment également que les droits des personnes autistes doivent être respectés et leur autonomie, favorisée, quelles que soient leurs capacités. « Tout en prenant en compte les réalités du spectre de l'autisme, les recommandations se concentrent sur l'axe des droits pour penser les interventions et le parcours de vie des adultes autistes. Et ce, sans omettre les moyens de compensation nécessaires pour y parvenir », ajoute Stéfany Bonnot-Briey, « personne autiste et professionnelle de l'autisme ». Elle a également collaboré aux recommandations de la HAS en tant que représentante des usagers. L'autisme peut engendrer des difficultés à communiquer la douleur, à accepter les examens ou à adhérer aux soins...¦ Une vigilance particulière doit donc être accordée à l'état de santé de la personne autiste. Si les recommandations « rappellent encore et toujours la nécessité de formation professionnelle en phase avec les données scientifiques internationales », selon Stéfany Bonnot-Briey, elles représentent en elles-mêmes un socle de connaissance conséquent. « Elles ont l'avantage de proposer une approche pragmatique et non dogmatique validée après une large concertation de tous les acteurs concernés », conclut Didier Rocque.»...

<< Sommaire | Catégorie
has-sante

CAA : des solutions pour s'exprimer en cas de handicap ? 29/03/2018

«Handicap.fr : La CAA, c'est quoi ? Céline Poulet : Communication alternative et améliorée. Numérique ou non, elle propose des moyens de communication adaptés (gestes, symboles, pictogrammes, synthèses vocales, logiciels ludiques...) aux personnes qui ne parlent pas ou ont des difficultés de communication, pour favoriser leur autonomie et l'exercice de leur pleine et entière citoyenneté. H.fr : Qui est concerné ? CP : Un très large public. De nombreux handicaps et maladies entrainent des troubles de la parole ou du langage et empêchent la communication : les troubles du spectre de l'autisme, le polyhandicap, les troubles du développement intellectuel, la paralysie cérébrale, les lésions cérébrales, les aphasies ou dysphasies, les maladies neurologiques telles que la SLA (maladie de Charcot), le LIS (locked-in syndrom) ou la SEP (sclérose en plaques). Cette démarche peut aussi concerner toutes les personnes qui sont temporairement privées de la parole : qui sortent d'un coma, intubées suite à une opération...¦ H.fr : La France est à la traine dans ce domaine ? CP : En effet. Alors que de nombreux pays européens ont fait de la CAA une démarche nationale, notre pays reste largement en retard. A l'heure de la transition numérique et du développement des aides électroniques, il est urgent et indispensable de remédier à cette situation. La Croix-Rouge française espère que ce sujet essentiel sera pris en compte ; la prochaine Conférence nationale du handicap (ndlr : qui doit avoir lieu en mai 2018) serait d'ailleurs l'occasion de lancer cette démarche nationale.»
[...]
«CP : Ce sont notamment des Esat qui accueillent des publics qui n'ont pas besoin par exemple d'un eye tracker (outil de pointage commandé par l'œil). Pour le moment, nous nous concentrons sur les publics les plus éloignés de la communication. H.fr : Observez-vous déjà des résultats positifs ? CP : Oui, dans les établissements où la communication est encouragée depuis longtemps, on observe une baisse des « comportements problèmes » car les personnes peuvent enfin exprimer vraiment leurs besoins, leurs désirs et leurs douleurs. Les ambiances sont plus apaisées et sereines. »...

<< Sommaire | Catégorie
informations.handicap

Acces aux loisirs en cas de handicap : vous en pensez quoi ? 28/03/2018

«Etre parent d'un enfant en situation de handicap, c'est se voir régulièrement refuser l'accès à différents services, souvent mal adaptés, notamment dans le domaine des loisirs. Aujourd'hui, en France, près de 2/3 sont contraints de renoncer à leur activité professionnelle pour prendre en charge leur enfant. Pour tenter de trouver des solutions adaptées, la Mission nationale accueils de loisirs et handicap lance, du 15 mars au 30 avril 2018, une grande consultation en ligne. Elle invite à « partager les répercussions du handicap de votre enfant sur votre vie quotidienne, familiale et professionnelle et à nous faire part de votre expérience ou de vos attentes concernant les modes d'accueil en complément de l'école ou de l'établissement ». Répondre aux besoins des familles La Caisse nationale d'allocations familiales (Cnaf) et le Défenseur des droits sont à l'origine de cette mission mise en place en octobre 2017 et qui s'étend jusqu'en décembre 2018. Elle a pour objectif de dresser un bilan de la diversité des offres d'accueils de loisirs disponibles actuellement sur le territoire français et de trouver des solutions concrètes pour permettre aux parents de bénéficier d'un accueil adapté aux besoins particuliers de leur enfant. Selon les initiateurs de l'enquête, celle-ci pourrait permettre une meilleure conciliation des temps de vie familiaux et professionnels. Car si les loisirs jouent un rôle important, en complément de l'école, dans la socialisation de l'enfant, ils offrent également une parenthèse de répit aux parents.»
[...]
« Témoignages demandés Il est dès à présent possible de témoigner sur le site internet de la mission nationale (lien ci-dessous). Entre 1 500 et 2 000 participants sont nécessaires. La seconde étape consiste à établir un diagnostic sur l'accès des enfants handicapés aux accueils de loisirs en France. Par la suite, 500 projets seront soutenus par la Cnaf, la Fondation de France et la Caisse centrale de la MSA (Mutualité sociale agricole). La mission analysera également, dans plus de 40 départements, les différentes ressources dont bénéficient les accueils de loisirs depuis 2010. Une étude sur l'impact des changements mis en œuvre dans les structures fera aussi l'objet d'observations. Pour finir, des concertations locales et nationales avec les acteurs des accueils de loisirs seront mises en place. In fine, les recommandations issues de cette enquête seront adressées au gouvernement en décembre 2018. »...

<< Sommaire | Catégorie
informations.handicap

Reponse d'un neuroscientifique a Gerard Pommier | Le Blog de Ben-Ari 26/03/2018

«Gérard Pommier a récemment donné une interview dans Le Point. Les interventions de M. Pommier mélangent des sujets et domaines qui n'ont pas grand-chose à voir les uns avec les autres. Je n'ai aucune compétence particulière dans le domaine de l'éducation et n'ai pas, par conséquence, d'opinion professionnelle sur les projets du Ministre et de mon collègue Stanislas Dehaene sur la réforme de l'éducation. Par contre, les élucubrations de M. Pommier sur les neurosciences et leur inutilité appellent de ma part quelques remarques. Je suis de ceux qui pensent contrairement à la mode dominante que le tout génétique est une voie sans issue car ne tenant pas compte de l'importance cardinale du milieu et de l'environnement que d'ailleurs les neuroscientifiques sérieux n'arrêtent pas de souligner malgré les pressions pour tout « génétiser ». On ne peut par conséquent pas me mettre dans le wagon des génétomaniaques. Mes travaux par exemple ont clairement démontré que les mutations génétiques in utéro perturbent la construction du cerveau et ce sont finalement ces altérations et non la mutation qui sont la cause de la maladie et la cible potentielle de nouveaux traitements. Ce concept de Neuroarchéologie est fondamental et à déjà permis de développer une approche nouvelle pour traiter l'autisme, actuellement en phase 3 d'essai clinique avec une mise sur le marché d'un premier traitement de ce syndrome prévue en 2021. Au delà de cette approche clinique qui infirme les dires de M. Pommier sur notre intérêt restreint aux animaux, reste le problème fondamental du dualisme simpliste de cette approche de type psychanalyste qui ne permet pas de comprendre le substrat anatomique et biologique de la maladie et reproduit le débat dépassé sur un dualisme corps/esprit. Il faut de tout pour comprendre, de la psycho et de la recherche fondamentale, sans laquelle on reste cantonné à des déclarations théoriques sans aucune base sérieuse.»...

<< Sommaire | Catégorie
leblogdebenari

Les creches suedoises accueillent la difference - La Croix 21/03/2018

«Oscar a 6 ans. Il saute sur un trampoline, les mains fermement tenues par celles de sa « pédagogue », comme on appelle en Suède les membres du personnel des crèches. « Bien, bravo. Allez, maintenant tu peux te reposer », poursuit la pédagogue. Pour lui, une pièce a été aménagée en petit royaume un peu à l'écart du passage, au calme. Là, un canapé attend le petit garçon, sous un chapiteau de tissu coloré et des guirlandes. Oscar sort de sa séance « d'entrainement » de psychomotricité quotidienne. Mais pour le reste, c'est un enfant presque comme les autres au sein de l'école maternelle Villagatan - l'équivalent d'une crèche en France, qui accueille des enfants de 1 à 6 ans. « Il participe aux activités à sa mesure. Et quand il est fatigué, il va dans sa petite pièce », explique Jessika von Malmborg, directrice de l'établissement.»
[...]
«Ce matin-là, Oscar reçoit la visite de la secrétaire d’État française au handicap, Sophie Cluzel. Dans le cadre de son tour d’Europe des bonnes pratiques, elle est venue voir ce qui pourrait être l’accueil de demain en France. La ministre fait en effet de la petite enfance une priorité. « Alors qu’aujourd’hui les parents doivent le plus souvent arrêter de travailler ou réduire leur activité afin de pouvoir accompagner leur enfant chez l’orthophoniste, le kiné, etc., je souhaite que les enfants porteurs de handicap soient accueillis de façon plus systématique dans les crèches françaises et que les soins y soient donnés directement », explique Sophie Cluzel. L’idée est qu’à terme « les parents puissent déposer leur enfant à la crèche le matin et le récupérer le soir, et qu’entre-temps les soins puissent avoir été prodigués en crèche ». C’est déjà le cas en Suède. « Ici, c’est la crèche qui doit s’adapter aux enfants et non l’inverse », confirme Jessika von Malmborg. Son équipe est ainsi renforcée par des intervenants spécialisés. Les séances de kiné ou d’orthophonie ont lieu sur place. La crèche est le pivot de toute la prise en charge de l’enfant et de sa famille. »...

<< Sommaire | Catégorie
la-croix

Les creches suedoises accueillent la difference - La Croix 21/03/2018

«Oscar a 6 ans. Il saute sur un trampoline, les mains fermement tenues par celles de sa « pédagogue », comme on appelle en Suède les membres du personnel des crèches. « Bien, bravo. Allez, maintenant tu peux te reposer », poursuit la pédagogue. Pour lui, une pièce a été aménagée en petit royaume un peu à l'écart du passage, au calme. Là, un canapé attend le petit garçon, sous un chapiteau de tissu coloré et des guirlandes. Oscar sort de sa séance « d'entrainement » de psychomotricité quotidienne. Mais pour le reste, c'est un enfant presque comme les autres au sein de l'école maternelle Villagatan - l'équivalent d'une crèche en France, qui accueille des enfants de 1 à 6 ans. « Il participe aux activités à sa mesure. Et quand il est fatigué, il va dans sa petite pièce », explique Jessika von Malmborg, directrice de l'établissement.»
[...]
«Ce matin-là, Oscar reçoit la visite de la secrétaire d’État française au handicap, Sophie Cluzel. Dans le cadre de son tour d’Europe des bonnes pratiques, elle est venue voir ce qui pourrait être l’accueil de demain en France. La ministre fait en effet de la petite enfance une priorité. « Alors qu’aujourd’hui les parents doivent le plus souvent arrêter de travailler ou réduire leur activité afin de pouvoir accompagner leur enfant chez l’orthophoniste, le kiné, etc., je souhaite que les enfants porteurs de handicap soient accueillis de façon plus systématique dans les crèches françaises et que les soins y soient donnés directement », explique Sophie Cluzel. L’idée est qu’à terme « les parents puissent déposer leur enfant à la crèche le matin et le récupérer le soir, et qu’entre-temps les soins puissent avoir été prodigués en crèche ». C’est déjà le cas en Suède. « Ici, c’est la crèche qui doit s’adapter aux enfants et non l’inverse », confirme Jessika von Malmborg. Son équipe est ainsi renforcée par des intervenants spécialisés. Les séances de kiné ou d’orthophonie ont lieu sur place. La crèche est le pivot de toute la prise en charge de l’enfant et de sa famille. »...

<< Sommaire | Catégorie
la-croix

« La prise en compte du handicap, priorite de mon mandat » - La Croix 21/03/2018

«La Croix  : La Cnaf peut-elle favoriser un meilleur accueil des enfants en situation de handicap ? Isabelle Sancerni: Non seulement elle le peut mais elle le doit. Je fais de la prise en compte du handicap la priorité de mon mandat. Je considère en effet que la branche famille de la Sécurité sociale a un rôle naturel à jouer en matière de handicap, ce dont elle s'acquitte déjà d'ailleurs. Il nous faut cependant accentuer l'effort. Comment pouvez-vous faire bouger les lignes? I. S.: Nous disposons de plusieurs leviers d'action. La branche famille soutient les initiatives grâce aux fonds « publics et territoires » afin de financer le surcout des places d'accueil pour les enfants en situation de handicap. Nous aidons aussi directement les familles grâce à une tarification avantageuse pour les enfants porteurs de handicap ou atteints de maladies chroniques. Nous avons, d'autre part, un réel rôle d'impulsion des bonnes pratiques. Je rappelle que la Cnaf n'intervient jamais seule. Elle noue des partenariats, au niveau local, avec les opérateurs des crèches, les centres de loisirs, etc. Elle peut donc conditionner ses financements au respect de certains critères. Ce levier est essentiel. Il nous permettra par exemple d'accompagner la formation des professionnels des crèches à la détection précoce des troubles autistiques.»
[...]
«Quels chantiers jugez-vous prioritaires ? I.S. : Nous devons garantir le droit au répit des parents. Ceux-ci sont souvent épuisés, ils sont menacés par un repli sur eux-mêmes. Des initiatives intéressantes existent déjà. Dans l’Ain, la CAF expérimente depuis septembre 2016 un dispositif d’aide à domicile pour les enfants de moins de 16 ans. D’autres expériences s’adressent aux parents d’enfants plus jeunes, entre 0 et 6 ans. Nous réfléchissons aussi aux moyens d’accélérer une prise en charge adaptée. Des expérimentations sont en cours dans le Nord, le Calvados et en Seine-Maritime, dans le cadre de la dématérialisation des échanges entre les CAF et les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) afin d’accélérer l’ouverture des droits. L’objectif est de réduire les délais entre le volet médical et le volet administratif. Les Caf sont aussi un maillon essentiel pour mettre en relation les familles et les ressources qui existent. Cela est déjà fait dans certains territoires mais nous sommes pour l’instant au milieu du gué. Nous devons plus généralement rendre notre action plus lisible, aider les usagers à s’y retrouver. Je souhaite qu’un onglet « handicap » soit visible sur la page d’accueil de notre site Internet. Plus généralement, celui-ci doit être plus accessible aux personnes en situation de handicap. C’est essentiel pour garantir le recours aux droits. »...

<< Sommaire | Catégorie
la-croix

consultation en ligne « Familles & Handicap » OpinionWay 18/03/2018

«Madame, Monsieur, Bienvenue sur le site de la grande consultation en ligne « Familles & Handicap ». En répondant à notre questionnaire, nous vous invitons à partager les répercussions du handicap de votre enfant sur votre vie quotidienne, familiale et professionnelle et à nous faire part de votre expérience ou de vos attentes concernant les modes d'accueil en complément de l'école ou de l'établissement. Vos réponses contribueront aux recommandations qui seront adressées au gouvernement, en décembre 2018, pour faire changer la donne : développer un meilleur accès des enfants en situation de handicap aux accueils de loisirs sans hébergement, comme un droit fondamental contribuer, ainsi, à une meilleure conciliation des temps de vie familiaux et professionnels des parents confrontés au handicap de leur enfant Nous vous rappelons que l'ensemble des réponses que vous fournirez resteront strictement confidentielles et anonymes. Nous vous remercions, très sincèrement, pour votre participation. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour commencer à répondre.»...

<< Sommaire | Catégorie
ow.cawi

Etudiant, refoule d'une ecole a cause de son handicap - Education (10669) 17/03/2018

«éagissez à cet article ! « Votre candidature a retenu toute notre attention. Néanmoins, les locaux de l'école comportent de nombreux escaliers, y compris l'accès de la rue, cela risque d'être très compliqué et difficile pour vous. » Compliqué en effet pour Tom, étudiant en journalisme de 22 ans puisqu'il se déplace avec des béquilles ou en fauteuil roulant. Cette réponse, il l'a reçue par mail de l'Ecole supérieure de journalisme (ESJ) de Paris, le 12 mars 2018. Son père, Thierry Rousset, s'est aussitôt empressé de la partager sur les réseaux sociaux, interpellant notre confrère spécialiste du handicap Vivre FM. Il accompagne son alerte du texte suivant : « Mon fils a un projet professionnel depuis toujours : devenir journaliste sportif. Et il est doué pour ça. Il est incollable sur la NBA, les JO, il connait aussi très bien la boxe, il est bilingue... Bref, je ne dis pas ça parce que c'est mon fils, mais il est brillant. » Tom a en effet obtenu une licence d'anglais dans la prestigieuse université de Berkeley, en Californie.»...

<< Sommaire | Catégorie
informations.handicap

FIFA: Lettres en direct du cerveau 17/03/2018

«Hélène Nicolas ne parle pas. Elle n'a jamais parlé de sa vie. Et pourtant, elle signe des textes à la langue fulgurante. Son dernier-né, un roman intitulé Rouge de soi, parait ces jours-ci en France, sous le pseudonyme de Babouillec. Hélène Nicolas est autiste. Jusqu'à l'âge de 14 ans, elle ne communiquait avec personne, même pas par le toucher. Lorsqu'elle a eu vingt ans, sa mère a réalisé qu'elle savait écrire. Elle le fait à l'aide de lettres plastifiées qu'elle place sur un tableau, puisqu'elle ne peut pas manipuler un crayon. La cinéaste Julie Bertucelli l'a suivie durant deux ans pour réaliser le film Dernières nouvelles du cosmos, présenté au Festival international du film sur l'art (FIFA).»...

<< Sommaire | Catégorie
ledevoir

Composition du groupe d'etudes : autisme au 13 mars 2018 - 15eme legislature - Assemblee nationale 15/03/2018


«Composition du groupe d'études : autisme au 13 mars 2018 XVe Législature - Legislature courante Partager Vues : Liste Alphabétique Nom Fonction Commissions Groupe Circonscription M. Daniel Fasquelle Co-Président Affaires économiques Les Républicains Pas-de-Calais 4e Mme Carole Grandjean Co-Présidente Affaires sociales La République en Marche Meurthe-et-Moselle 1re M. Jean-Félix Acquaviva Affaires culturelles et éducation Non inscrit Haute-Corse 2e M. Julien Borowczyk Affaires sociales La République en Marche Loire 6e M. Xavier Breton Lois Les Républicains Ain 1re Mme Carole Bureau-Bonnard Défense La République en Marche Oise 6e Mme Marie-Christine Dalloz Finances Les Républicains Jura 2e M. Julien Dive Affaires sociales Les Républicains Aisne 2e Mme Virginie Duby-Muller Lois Les Républicains Haute-Savoie 4e Mme Agnès Firmin Le Bodo Affaires sociales UDI, Agir et Indépendants Seine-Maritime 7e M. Philippe Folliot Défense La République en Marche Tarn 1re M. Laurent Garcia Affaires culturelles et éducation Mouvement Démocrate et apparentés Meurthe-et-Moselle 2e M. Guillaume Gouffier-Cha Défense La République en Marche Val-de-Marne 6e M. David Habib Lois Nouvelle Gauche Pyrénées-Atlantiques 3e M. Yannick Haury Développement durable La République en Marche Loire-Atlantique 9e M. Patrick Hetzel Finances Les Républicains Bas-Rhin 7e Mme Caroline Janvier Affaires sociales La République en Marche Loiret 2e Mme Anissa Khedher Défense La République en Marche Rhône 7e M. Rodrigue Kokouendo Affaires étrangères La République en Marche Seine-et-Marne 7e M. Guillaume Larrivé Lois Les Républicains Yonne 1re M. Marc Le Fur Finances Les Républicains Côtes-d'Armor 3e Mme Charlotte Lecocq Affaires sociales La République en Marche Nord 6e Mme Marie-France Lorho Lois Non inscrit Vaucluse 4e Mme Véronique Louwagie Finances Les Républicains Orne 2e M. Gilles Lurton Affaires sociales Les Républicains Ille-et-Vilaine 7e Mme Marie-Ange Magne Finances La République en Marche Haute-Vienne 3e M. Jean François Mbaye Affaires étrangères La République en Marche Val-de-Marne 2e M. Paul Molac Lois La République en Marche Morbihan 4e M. Pierre Morel-A-L'Huissier Lois UDI, Agir et Indépendants Lozère 1re Mme Valérie Oppelt Affaires économiques La République en Marche Loire-Atlantique 2e M. Bernard Perrut Affaires sociales Les Républicains Rhône 9e M. Stéphane Peu Lois Gauche démocrate et républicaine Seine-Saint-Denis 2e Mme Natalia Pouzyreff Défense La République en Marche Yvelines 6e M. Aurélien Pradié Lois Les Républicains Lot 1re M. Didier Quentin Affaires étrangères Les Républicains Charente-Maritime 5e M. Alain Ramadier Affaires sociales Les Républicains Seine-Saint-Denis 10e Mme Cécile Rilhac Affaires culturelles et éducation La République en Marche Val-d'Oise 3e M. Vincent Rolland Affaires économiques Les Républicains Savoie 2e Mme Laëtitia Romeiro Dias Affaires sociales La République en Marche Essonne 3e M. Gwendal Rouillard Défense La République en Marche Morbihan 5e Mme Nathalie Sarles Développement durable La République en Marche Loire 5e M. Adrien Taquet Affaires sociales La République en Marche Hauts-de-Seine 2e Mme Laurence Vanceunebrock-Mialon Développement durable La République en Marche Allier 2e M. Pierre Vatin Développement durable Les Républicains Oise 5e M. Patrice Verchère Défense Les Républicains Rhône 8e M. Cédric Villani Lois La République en Marche Essonne 5e Secrétaire administratif : Mme Emilie Prevel»...

<< Sommaire | Catégorie
www2.assemblee-nationale

Dr Ducanda: une maman depose plainte | Le Club de Mediapart 06/03/2018

«Nous avons coutume au pays de descartes et des lumières d'avoir sanctuarisé la liberté d'expression assortit de gardes fous. Ainsi au sens de l'article R 4127-13 du code de la santé publique précise: "Lorsque le médecin participe à une action d'information du public de caractère éducatif et sanitaire, quel qu'en soit le moyen de diffusion, il doit ne faire état que de données confirmées, faire preuve de prudence et avoir le souci des répercussions de ses propos auprès du public. Il doit se garder à cette occasion de toute attitude publicitaire, soit personnelle, soit en faveur des organismes où il exerce ou auxquels il prête son concours, soit en faveur d'une cause qui ne soit pas d'intérêt général" Ainsi docteur Ducanda aurait ainsi violé de manière flagrante un devoir essentielle lié à l'exercice de sa profession.»
[...]
«Tout est partit à la suite d'une publication sur youtube d'une vidéo ou ce professionnel de santé comparait les effets d'une sur exposition aux écrans de jeunes enfants à de "l'autisme virtuelle". Le champ lexical utilisé par cette professionnelle se réfère aux observations réalisés sur de jeunes enfants autistes. Les grands médias tel que le figaro ou encore Elisabeth Lucet portent à connaissance du public ces travaux . Et les réactions de chercheurs tel que le chercheur Patrick Pellou ou de responsables d'associations ne manquent pas. Au point que plusieurs dizaines de courriels de protestations sont écrits au conseil de l'ordre dont dépends Mme.Ducanda. D'après Patrick Pellou, les propos de Mme.Ducanda ne sont que des fake news, basés sur aucun fondement scientifique. Franck Ramus, directeur de recherche au CNRS et professeur attaché à l'école de l'école normale supérieure et Hugo Peyre , pédopsychiatre à l'hopital Robert Debré et chercheur à l'école normale supèrieure, considèrent quand à eux que les propos de Dr.Ducanda ne sont ni plus ni moins qu'une opération de diabolisation trop générale et pas assez étayée des écrans. Au delà de cette campagne délibérée d'enfumage médiatique et d'intoxication du plus grand nombre, nous avons un excellent cas d'école illustratif de la nuisance de la médiatisation d'informations qui trompent le plus grand nombre. Avec pour conséquence ,dans la vie de tout les jours, l'augmentation de l'incompréhension, des préjugés envers les autistes et l'encouragement implicite donnée au français du quotidien de mépriser et de maltraiter leurs semblables. Sans oublier également les répercussions négatives en terme de violences verbales, de violences physiques que les autistes subissent et tout un panel de discriminations ainsi légitimés par un professionnel de médeçin n'ayant pas vérifié ses informations. »...

<< Sommaire | Catégorie
blogs.mediapart

Psychiatrie : des « traitements inhumains » a l'hopital de Saint-Etienne 01/03/2018

«Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté a saisi en urgence le gouvernement pour mettre fin à des violations de la dignité et des droits des patients Le Monde | 01.03.2018 à 06h00 ...¢ Mis à jour le 01.03.2018 à 10h39 | Par Jean-Baptiste Jacquin L'entrée du CHU de Saint-Etienne, le 15 septembre 2009. La dernière fois que le Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) avait fait usage de la procédure d'urgence pour alerter publiquement le gouvernement sur une situation qu'il jugeait alarmante, c'était en décembre 2016 au sujet de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), notoirement insalubre et occupée à plus de 200 %. Les mêmes termes de « traitement inhumain ou dégradant » se retrouvent aujourd'hui sous sa plume au sujet des conditions de vie de certaines personnes hospitalisées au pôle de psychiatrie du centre hospitalier universitaire (CHU) de Saint-Etienne.»
[...]
«« Pratique générale d’isolement et de contention » Au total, les urgences de l’hôpital accueillaient, à la mi-janvier, vingt patients de psychiatrie, dont treize étaient sur des brancards dans les couloirs. Sept personnes « faisaient l’objet de contentions au niveau des pieds et d’une ou des deux mains », qu’elles soient sous le régime de l’hospitalisation sans consentement ou en soins libres. Depuis sa nomination en 2014, Adeline Hazan a accentué l’inspection, en plus des établissements pénitentiaires, des lieux de privation de liberté que sont aussi les hôpitaux et les unités psychiatriques. Son objectif est que chaque établissement soit visité au moins une fois d’ici la fin de son mandat, en 2020. Aucun signalement n’avait attiré son attention sur le CHU de Saint-Etienne avant sa visite de routine. Dans le service de psychiatrie (216 lits) de l’établissement de la Loire, la situation ne semble pas plus conforme au droit. « Une patiente non agitée mais souffrant de troubles compulsifs est ainsi placée en isolement dans sa chambre ordinaire depuis plusieurs mois, avec porte des toilettes fermée à clé et quatre sorties d’un quart d’heure autorisées par jour pour fumer », note le CGLPL. En l’absence de « projet médical de pôle », l’hôpital recourt de manière abusive à « une pratique générale d’isolement et de contention ». »...

<< Sommaire | Catégorie
lemonde

Centre Presse : Une journee consacree au jeune en situation de handicap 24/02/2018

«La Bibera (multi-accueil associatif en gestion parentale de Lavasseau) co-organise avec Claire Pironnet, référente handicap petite enfance départementale en partenariat avec l'ACEPP86 et la fédération des centres sociaux de la Vienne, une troisième table ronde sur le thème de l'accueil du jeune enfant en situation de handicap. Cette table ronde se déroulera le samedi 10 mars de 9h30 à 17h à la salle des fêtes de Quinçay. Une journée de témoignages et d'échanges sur la question de l'accueil des jeunes enfants en situation de handicap sera ouverte à tous avec les témoignages suivants: Aude Bairille, auteur d'un livre « Une petite leçon d'obstacle », les 18 années d'un difficile combat parcours d'une mère dans l'accompagnement de son enfant avant qu'elle ne soit reconnue autiste asperger. Valérie Dauge, maman d'un enfant autiste, militante associative en faveur de l'inclusion scolaire et vice-présidente en charge des personnes handicapées au conseil départemental de la Vienne. Et les témoignages de plusieurs professionnels, assistantes maternelles et professionnels EAJE sur leur expérience. Seront présents également Olivier Bibaud, Muriel Meyer, et l'association l'ALEPA avec sa caravane de sensibilisation à l'autisme.»...

<< Sommaire | Catégorie
centre-presse

Polyhandicap : ils s'expriment via une commande oculaire - Techno (10583) 23/02/2018

«« Je n'ai que mes yeux pour parler, donnez-moi la parole ! » Ils ne peuvent ni oraliser, ni se servir de leurs mains pour désigner, jouer ou cliquer sur une souris d'ordinateur...¦ Comment leur permettre de communiquer ? Situé à Auxerre, le Centre médico-éducatif (CME) Les petits princes, pôle enfance de l'EPNAK, accueille une vingtaine d'enfants et de jeunes âgés entre 3 et 20 ans, en situation de polyhandicap. Il a sollicité la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, via l'opération Pièces jaunes, pour faire l'acquisition de matériel numérique spécialisé leur permettant de mieux s'exprimer : dix commandes numériques oculaires. Elles ont été officiellement livrées le 14 février 2018.»...

<< Sommaire | Catégorie
informations.handicap

TED,Crise/Analyse de Crise,Veille Reglementaire
Le medico-social desormais sous la houlette de la HAS 07/04/2018

«« Le cloisonnement entre les champs sanitaire, social et médico-social a des effets délétères : errance des personnes, ruptures dans les parcours, non-recours à des soins ou des accompagnements. » Face à ce constat, en plus de son rôle central dans le champ sanitaire, la HAS (Haute autorité de santé) intervient désormais aussi dans les champs social et médico-social. A compter du 1er avril 2018, elle peut évaluer des établissements, élaborer des recommandations pour l'inclusion sociale, la protection de l'enfance et l'accompagnement des personnes handicapées et âgées. L'Agence vient en effet d'intégrer les missions de l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux (Anesm), précise un communiqué publié le 5 avril 2018.»
[...]
«La santé dans sa globalité « Cette intégration répond à l'impératif d'envisager aujourd'hui la santé dans sa globalité, sans se limiter aux soins médicaux mais en y intégrant tous les aspects de la vie des personnes, en améliorant les pratiques de l'ensemble des professionnels et établissements impliqués », détaille ce communiqué. L'objectif est ainsi de favoriser des « parcours de santé complets et de qualité, coordonnés et transversaux, répondant aux besoins de soins et aux situations de vie de chaque personne ». Ne plus se limiter, seulement, à la prise en charge des maladies. Bien-être physique, mental et social La HAS part en effet du principe que l'état de santé d'une personne et sa situation de vie sont « étroitement imbriqués ». L'environnement de vie et de travail, l'accès au système de santé, les ressources sociales et personnelles ou encore les capacités physiques et psychologiques ont manifestement un impact sur la santé. A l'inverse, les soins médicaux peuvent avoir des conséquences sur les différents domaines du quotidien et nécessiter des accompagnements adaptés à chaque situation. Le défi de cette nouvelle organisation est donc de proposer des parcours, à la fois de vie et de santé, centrés sur les besoins de soins et d'accompagnement des personnes, afin de favoriser leur « bien-être physique, mental et social ». Ce rôle élargi va permettre, selon la HAS, de « renforcer sa mission première : améliorer les pratiques pour tous en s'appuyant sur une meilleure articulation et collaboration des différents acteurs sur le terrain et partager des approches de qualité ». Une direction dédiée Une direction spécifique au champ social et médico-social est créée au sein de la HAS : la Direction de la qualité de l'accompagnement social et médico-social (DiQASM). C'est elle qui aura la mission d'élaborer les recommandations de bonnes pratiques relatives à l'inclusion sociale, la protection de l'enfance, l'accompagnement des personnes handicapées et âgées mais aussi de fixer le cadre d'évaluation des 30 000 établissements et services sociaux et médico-sociaux en France (EHPAD, établissements et services d'aide par le travail, services d'aide et d'accompagnement à domicile, foyers et maisons d'accueil spécialisées, foyers de l'enfance, centres d'hébergement et de réinsertion sociale, centres d'accueil de demandeurs d'asile…). »...

<< Sommaire | Catégorie
informations.handicap

TED,Juridique
France, Conseil d'Etat, Juge des referes, 17 janvier 2018, 416953 22/03/2018


«Numéro d'arrêt : 416953 Numéro NOR : CETATEXT000036521826 ? Identifiant URN:LEX : urn:lex;fr;conseil.etat;arret;2018-01-17;416953 ? Texte : Vu la procédure suivante : M. B...A...a demandé au tribunal administratif de Paris, statuant sur le fondement de l'article L. 521-2 du code de justice administrative, d'enjoindre à la présidente du conseil départemental de Paris de l'admettre au bénéfice de la protection prévue par les dispositions de l'article L. 222-5 4° du code de l'action sociale et des familles et d'organiser sa prise en charge par une maison d'accueil spécialisée, un foyer d'accueil médicalisé ou l'association " Le silence des justes " pendant une durée de 12 mois, dans un délai de huit jours à compter de la notification de l'ordonnance, et ce sous astreinte de 500 euros par jour de retard. Par une ordonnance n° 1719014 du 15 décembre 2017, le juge des référés du tribunal administratif de Paris a enjoint à la présidente du conseil de Paris de prendre en charge M. A... comme jeune majeur, au titre de l'aide sociale à l'enfance, dans un délai de sept jours à compter de la notification de l'ordonnance jusqu'à son admission dans un foyer d'accueil médicalisé ou une maison d'accueil spécialisé. Par une requête, enregistrée le 29 décembre 2017 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, le département de Paris demande au juge des référés du Conseil d'Etat, statuant sur le fondement de l'article L. 521-2 du code de justice administrative : 1°) d'annuler cette ordonnance ; 2°) de rejeter la demande présentée par M. A...devant le juge des référés de première instance. Le département de Paris soutient que :
• le juge des référés du tribunal administratif a insuffisamment motivé son ordonnance en se bornant à relever, sans l'étayer, une carence caractérisée de la part du département ;
• il a commis une erreur de droit, et en tout cas d'appréciation, en retenant que la prise en charge de M.A..., jeune majeur souffrant d'un handicap autistique sévère, relevait de la compétence du département alors qu'elle relevait de celle de l'Etat au titre de l'article L. 114-1 du code de l'action sociale et des familles ;
• le juge des référés de première instance a commis une erreur de droit, à tout le moins une erreur d'appréciation en considérant que le refus de prise en charge de M.A..., à supposer qu'elle relève de la compétence du département, constituait une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale sans prendre en considération les pouvoirs et moyens de celui-ci. Par un mémoire en défense, enregistré le 8 janvier 2018, M. B...A...conclut au rejet de la requête. Il fait valoir que les moyens soulevés par le département requérant ne sont pas fondés. La ministre des solidarités et de la santé a produit des observations, enregistrées le 8 janvier 2018, dans lesquelles elle conclut au rejet de la requête. Par un mémoire en réplique, enregistré le 8 janvier 2018, le département de Paris maintient les conclusions de sa requête par les mêmes moyens.» [...]
« 5. Il résulte de l'instruction que la décision d'orientation prise le 7 février 2017 par la CDAPH de Paris ne peut pas être immédiatement mise en oeuvre faute de places disponibles dans un FAM, l'établissement d'accueil devant être proche du domicile de sa mère pour des raisons tenant à l'état de santé de M.A.... Il ne ressort pas des pièces du dossier qu'informé de cette situation, le département de Paris aurait, avant le courrier adressé le 22 décembre 2017 à l'agence régionale de santé d'Ile de France, pris des initiatives pour trouver avec les services de l'Etat en charge du handicap une solution temporaire permettant qu'il soit mis fin à la prise en charge de M. A...au titre de l'aide sociale à l'enfance sans placer l'intéressé dans une situation de nature à compromettre son équilibre. Il n'est pas contesté que la fin de cette prise en charge conduirait l'association " Le silence des justes " à ne plus pouvoir accueillir M. A...et placerait ainsi M. A...et ses proches dans une situation particulièrement difficile et dangereuse dans la mesure où son retour au domicile familial n'est pas envisageable, compte tenu des risques qu'il présenterait pour lui-même et son entourage et qu'aucune autre solution n'a été mise en place. Si le département de Paris fait valoir que cette association ne dispose pas de l'agrément lui permettant d'accueillir dans cette structure un majeur dans la situation de M.A..., il ne soutient pas, en tout état de cause, que la poursuite à titre temporaire de cet accueil ferait courir un danger à l'intéressé ou aux autres personnes accueillies par cette association. Il résulte également de l'instruction et notamment des observations produites par la ministre des solidarités et de la santé que M. A...a vocation à être accueilli dans un FAM en cours de construction dans Paris, qui doit en principe ouvrir au deuxième trimestre de l'année 2018. Il résulte de ces circonstances, propres à la présente espèce, que la décision du département de Paris du 16 novembre 2017 de cesser brutalement toute prise en charge de M. A...au titre de l'aide sociale à l'enfance, sans s'être préalablement assuré de l'existence d'une solution temporaire dans l'attente de son accueil dans une structure adaptée à son état, est constitutive d'une carence caractérisée du département de Paris dans l'accomplissement des missions qui lui incombent tant au titre de l'aide sociale à l'enfance à l'égard d'un mineur pris en charge à ce titre et devenu jeune majeur que de l'aide sociale aux personnes handicapées, telles qu'elles résultent des dispositions citées au point 4 et porte une atteinte grave et manifestement illégale à une liberté fondamentale eu égard aux conséquences particulièrement graves de cette mesure pour M.A.... Par suite, le département de Paris n'est pas fondé à soutenir que c'est à tort que, par l'ordonnance attaquée, qui est suffisamment motivée, le juge des référés du tribunal administratif de Paris lui a enjoint de poursuivre temporairement la prise en charge de M. A...au titre de l'aide sociale à l'enfance jusqu'à son admission dans un foyer d'accueil médicalisé ou une maison d'accueil spécialisé. »...

<< Sommaire | Catégorie
juricaf

TED,Lobbying/Analyse de Lobbying,Tendances
La pedopsychiatrie ne veut pas mourir ! 30/03/2018

«En dix ans, le nombre de professionnels s’est réduit de moitié et la durée d’attente pour un premier rendez-vous dépasse parfois les dix-huit mois. Alors que la santé mentale de l’enfant est érigée en priorité, la discipline est à l’abandon. La pédopsychiatrie ne veut pas mourir ! Le système de santé français est à bout de forces. Les institutions sanitaires et médico-sociales connaissent une crise sans précédent. Dans ce contexte explosif où les problèmes ont souvent été niés, la pédopsychiatrie se voit particulièrement touchée. La pédopsychiatrie renvoie par essence aux questions politiques et sociales et se trouve au carrefour du soin, du handicap, de l’éducation, de la famille et du judiciaire. Si cette discipline de l’humain, science de la rencontre avec l’enfant, devait disparaître, la perte serait immense tant sur le plan scientifique que sur le plan éthique.»...

<< Sommaire | Catégorie
liberation

TED,Prevention
Inconduite sexuelle au feminin | Le Devoir 28/03/2018


«Un peu plus de 40 % des femmes québécoises auraient déjà essayé de contraindre un homme à avoir des relations sexuelles contre son gré, dévoile une des premières études à se pencher sur la coercition sexuelle au féminin. « C'est un pourcentage très élevé, ça nous a surpris, mais ça s'explique sans doute par le fait que nos questions étaient très, très larges », répond l'auteure de l'étude, Geneviève Parent, professeure au Département de psychoéducation et de psychologie à l'Université du Québec en Outaouais. Ainsi, les 41 % incluent toute une gamme de tactiques qui auraient été utilisées par les femmes « au moins une fois dans leur vie », que ce soit en relation de couple ou non, et que la tentative se soit soldée par une relation sexuelle ou non. « Dans les 41 %, on inclut celle qui, à l'âge de 17 ans, a essayé une fois de bouder pour avoir des préliminaires et celle qui a intoxiqué ses partenaires à de multiples reprises pour avoir des relations sexuelles complètes, il y a donc des nuances à apporter », précise la chercheuse en entrevue au Devoir. Ses chiffres sont un peu plus élevés que les quelques rares autres études qui se sont penchées sur le phénomène de la violence sexuelle au féminin. Selon elle, la moyenne des études se situe plutôt entre 15 et 30 %. « C'est extrêmement variable d'une étude à l'autre, ça dépend toujours de la façon dont les questions sont posées », explique la chercheuse.» [...]
«Séduction et manipulation Geneviève Parent a sondé près de 300 femmes, recrutées en milieu universitaire. Parmi celles qui ont avoué avoir déjà tenté de forcer un homme à avoir un contact sexuel, le tiers affirmait avoir utilisé des stratégies de séduction insistante, continuant de toucher ou de caresser la personne malgré son refus. La manipulation est également une arme de coercition très utilisée par les femmes, selon cette étude. Elles peuvent bouder, mais également s’en prendre aux compétences sexuelles de l’homme. « Ça va souvent avec des commentaires du genre : “on le sait bien, tu ne veux pas qu’on ait de sexe parce que ceci ou cela” », ajoute Mme Parent. Dans une moindre proportion, des femmes ont tenté d’intoxiquer des hommes ou ont profité de leur intoxication pour avoir des relations sexuelles. Enfin, aucune femme n’a rapporté avoir utilisé la violence physique pour parvenir à ses fins. « Les femmes vont avoir tendance à utiliser des méthodes considérées comme plus subtiles », constate la chercheuse, qui s’étonne toujours de voir comment certains gestes — par exemple, une main sur la cuisse d’une personne non consentante — ne suscitent pas la même indignation lorsqu’ils sont commis par une femme. L’étude de Geneviève Parent visait à reproduire celle d’une chercheuse américaine, mais elle s’est heurtée aux limites du modèle américain pour tenter d’expliquer le phénomène. La chercheuse avance donc des hypothèses avec prudence. Elle trace deux grandes trajectoires pour expliquer la coercition au féminin, en lien avec un « script sexuel selon lequel l’homme ne peut refuser des relations sexuelles, car il est attendu qu’il soit un perpétuel demandeur de celles-ci ». Elle évoque une approche impersonnelle et sans émotion de la sexualité (elle voit l’agression sexuelle comme une façon d’avoir une relation sexuelle en se souciant peu de l’émotion des autres) et un problème de régulation émotionnelle : face à un refus, la femme vit des « tourments émotionnels (honte, culpabilité, colère) provoqués par « l’incongruence avec son script sexuel ». « Il faut voir ça comme un premier pas, car on en est encore aux balbutiements pour essayer de bien comprendre le phénomène et on en a encore pour plusieurs années avant d’en arriver à des conclusions qui soient solides », conclut Geneviève Parent. Coercition et violences sexuelles La recherche tend de plus en plus à s'intéresser à la coercition sexuelle plutôt qu'aux violences sexuelles, note Massil Benbouriche, chercheur au département de psychologie de l'Université de Wayne State, aux États-Unis. Le chercheur signe un éditorial dans un numéro consacré à ce thème dans la revue Sexologies, qui publie également l'article de Geneviève Parent, de l'université du Québec en Outaouais, sur la coercition sexuelle perpétrée par les femmes. « Les études suggèrent que la grande majorité des violences sexuelles serait commise par des individus issus de la population générale, qui ne sont pas et ne seront probablement jamais identifiés par les autorités, explique le chercheur. En proposant d'étudier un spectre plus large de comportements que les seules infractions sexuelles, la notion de coercition sexuelle permet alors d'apprécier plus justement des violences sexuelles dans leur ensemble. » La coercition englobe des techniques plus subtiles de manipulation ou de pressions psychologiques qui mènent à un rapport sexuel qui n'est pas consenti. « Lorsqu'on parle de violence sexuelle, dans la tête des gens, il y a une dimension de violence physique ou de crime, alors que la coercition, c'est davantage dans l'idée de contraindre. » »...

<< Sommaire | Catégorie
ledevoir

TED,Trends
Marseille | Marseille : Neurochlore, une experience a suivre | La Provence 04/03/2018

«A 74 ans, Yehezkel Ben-Ari aurait pu se contenter de développer la biotech Neurochlore, qu'il a cofondé il y a six ans, avec les docteurs Lezmonier et Hadjikhani. Installée à Marseille sur le campus de Luminy, l'entreprise, qui conduit des travaux sur l'autisme et teste actuellement la bumétanide (une molécule déjà connue et utilisée dans des compositions diurétiques) pour réduire les effets du trouble neurodéveloppemental, a signé l'an passé un accord de licence exclusive avec le laboratoire français Servier. En échange d'un apport de 20 millions d'euros, Neurochlore et Servier poursuivent des études de tests dits de "phase 3", qui doivent conduire à la mise au point d'un sirop pour l'enfant autiste.»
[...]
«Une fois cette étape, actuellement en cours, achevée auprès de 400 patients répartis dans 6 pays de l'Union européenne, une demande d'autorisation de mise sur le marché sera déposée à l'horizon 2021. Une fois celle-ci obtenue, le laboratoire Servier en assurera la commercialisation de façon exclusive pour les pays de l'Union européenne, Neurochlore restant libre de commercialiser le futur médicament dans le reste du monde, dont les États-Unis où le docteur Ben-Ari a obtenu ses premiers soutiens, celui de la fondation Simons en tête. Les résultats prometteurs des travaux en cours, rehaussés de publications qui accréditent les effets de la molécule testée chez les patients autistes et en pédiatrie avec au premier rang "une amélioration de la sociabilité", ne suffisent donc pas à contenter Yehezkel Ben-Ari qui explique "ne vivre que pour sa passion, la recherche". Ancien directeur émérite de l'Inserme et fondateur de l'Institut de neurologie de la Méditerranée (Inmed), également rattaché à l'Inserm, il nourrit le projet "d'un institut de recherche translationnelle sur les maladies cérébrales". Un projet qu'il décrit comme "unique en ambitieux", qu'il entend appuyer par la Fondation Ben Ari pour la neuro-archéologie. Le nom désignant ce qu'il nomme lui-même "un chantier" où le cerveau apparaît comme un terrain à défricher avec minutie, "comme le font des archéologues". »...

<< Sommaire | Catégorie
laprovence

TED/emploi
Handicap: 5 conseils pour reussir son entrepreneuriat! | Talenteo 23/03/2018

«Que ce soit dans le sport, l'art ou la vie professionnelle, les personnes en situation de handicap ont depuis toujours démontré leur capacité à atteindre des sommets. L'entrepreneuriat n'échappe pas à cette vérité! Handicap: 5 conseils pour réussir son entrepreneuriat! En France, les entreprises créées par des demandeurs d'emploi en situation de handicap ont un taux de pérennité supérieur à celui des créateurs valides. Vous souhaitez vous lancer? Voici 5 conseils pour démarrer au mieux votre nouveau projet professionnel: 1/ Définissez votre projet C'est bien-sur la première étape de votre projet: parlez-en autour de vous! Dans une premier temps, n'hésitez pas consulter votre famille ou vos amis. Au moment de se lancer, il est toujours important de se sentir soutenu par ses proches. Ils connaissent vos qualités et vos défauts, ils sauront vous éclairer sur votre fibre entrepreneuriale. Dans un deuxième temps, vous pouvez solliciter votre conseiller Pôle emploi, ou Cap Emploi. Celui-ci vous aidera à faire le point sur la faisabilité de votre projet et vous orientera vers un expert de création d'activité de l'Agefiph. Avec lui vous aborderez le projet plus en profondeur: Comment l'offre répond-t-elle à une demande? Quels sont les risques? Les avantages? Quels sont les pièges à éviter? 2/ Sollicitez les aides financières En plus de vos fonds propres et de ceux des banques que vous avez pu solliciter, il existe de nombreuses aides et subventions qu'il est possible de mobiliser. L'aide financière de l'Agefiph intervient au démarrage de l'activité, dans le but de soutenir les frais de départ et doit donc être sollicitée avant l'inscription au Centre de Formalités des Entreprises (CFE). Entre autres, l'Allocation pour Adulte Handicapé (AAH) permet de vous garantir un revenu minimum, essentiel lorsqu'on commence une nouvelle activité. Il existe aussi plusieurs autres organismes à même de vous aider comme le crédit solidaire, le PCE ou encore les aides OSEO si toutefois votre projet respecte certaines conditions. 3/ Faites-vous accompagner par des professionnels Comme énoncé plus tôt, l'Agefiph peut choisir de mettre à votre disposition un conseiller de création d'activité professionnelle. Ce dernier a pour but de vous aider à faire le point sur l'évolution de votre activité au cours des 2 premières années. Il vous accompagne dans la mise en place d'outils de gestion et reste de bon conseil sur des thèmes tel que les aspects commerciaux ou juridiques. 4/ Formez-vous L'entrepreneuriat c'est une remise en question au quotidien, il est important de continuer à se former régulièrement dans son domaine d'activité. De plus, s'informer permet de rester à jour et donc d'effectuer une veille nécessaire dans tous les aspects de votre secteur. L'Agefiph propose également des aides individuelles pour la formation et l'adaptation des situations de travail. Si vous avez besoin d'adapter votre environnement de bureau en fonction de votre handicap, par exemple.»
[...]
«5/ N’ayez-pas peur de l’échec Tout ce que vous allez entreprendre ne pourra pas toujours aboutir à un succès total. Il faut dès le début prendre conscience que l’échec fait parti du processus de réussite. N’hésitez pas à communiquer avec d’autres entrepreneurs afin de partager vos craintes et vos doutes. L’échange et l’entraide sont les leviers qui vous aideront à rester mobilisé dans les moments les plus difficiles. Malgré tout, il y aura des situations que vous ne pourrez pas anticiper et il faudra redoubler d’efforts pour rester motivé. En tant que bon entrepreneur, vous devrez être prêt à faire face aux difficultés et savoir rebondir! Cet article vous a donné envie de vous lancer dans l’entrepreneuriat? Vous souhaitez proposer d’autres conseils? Rendez-vous dans les commentaires! »...

<< Sommaire | Catégorie
talenteo

Tendances,Stratégie d'Influence et de Contre-influence
Six points cles du rapport de la Commission europeenne sur la desinformation 16/03/2018

«La Commission européenne a publié aujourd'hui le rapport final du groupe d'experts de haut niveau sur les « fake news », intitulé « Une approche multidimensionnelle de la désinformation ». Ce rapport, soutenu par certaines des plus grandes entreprises technologiques, des journalistes, « fact-checkers », chercheurs et représentants de la société civile, comporte un certain nombre de points importants, et notamment : un important travail de définition rejetant l'utilisation de l'expression « fake news » ; un accent mis sur la liberté d'expression, droit fondamental ; un rejet sans ambiguité de toute tentative de censure des contenus ; un appel à renforcer la lutte contre l'ingérence dans les élections ; un engagement des plateformes technologiques à partager des données ; un appel à des investissements dans l'éducation aux médias et une évaluation des progrès réalisés dans ce domaine ; ainsi qu'à des recherches internationales sur l'ampleur et les conséquences de la désinformation. Plus important encore, il présente un processus de recherche continue à mesure que les menaces évoluent et propose des mécanismes d'examen et d'évaluation de la mise en oeuvre des recommandations décrites dans le rapport.»...

<< Sommaire | Catégorie
medium

Whistle Blowing,Tendances
[En direct] Les deputes debattent du texte polemique sur le secret des affaires | LCP Assemblee nationale 28/03/2018

«L'essentiel En 2016, une directive européenne a été votée afin de protéger les entreprises contre le vol de leurs secrets industriels ou leur divulgation à des concurrents ou au grand public. Les entreprises réclamaient une uniformisation de la loi sur le continent, pour obtenir réparation en cas de violation et punir ceux qui violent leurs "secrets". Même si elle comporte des exceptions en faveur des journalistes et des lanceurs d'alerte, la directive est perçue comme liberticide par les défenseurs de la liberté d'informer. Une tribune publiée le 21 mars dénonce une "offensive sans précédent sur [le] droit à l'information". La France a jusqu'au 9 juin prochain pour appliquer les grandes lignes du texte, sous peine de s'exposer à des sanctions de la part de Bruxelles. La République en marche, par une initiative du député Raphaël Gauvain, a décidé de présenter une proposition de loi pour transposer la directive. Elle a été adoptée sans peine en commission, la semaine dernière.»
[...]
«Une amende contre les procès-bâillons La proposition de loi crée, sur proposition du rapporteur, une nouvelle amende civile pour dissuader les "procès-bâillon". Ces procédures sont lancées par des entreprises ciblées par les révélations de journalistes ou de lanceurs d'alerte afin de les épuiser juridiquement et financièrement. Si elles sont jugées "dilatoires" ou "abusives" par la justice, ces tentatives d'intimidation pourraient désormais être sanctionnées par des amendes allant de 60 000 euros à - potentiellement -, plusieurs millions d'euros. »...

<< Sommaire | Catégorie
lcp

Exclusif - Le temoignage accablant d'un infirmier psychiatrique sur les ''traitements inhumains'' au CHU de Saint-Etienne | FranceSoir 02/03/2018

«C'est un "coup de gueule" autant qu'un cri de détresse que cet infirmier du CHU de Saint-Etienne a voulu faire parvenir à la ministre de la Santé Agnès Buzyn, suite aux révélations du rapport du contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) sur la section psychiatrique de l'établissement. Dans ce document remis à la ministre mi-février que France-Soir a pu se procurer, l'infirmier qui tient à rester anonyme confirme les griefs portés à l'établissement: des "traitements inhumains", des patients maintenus au service des urgences faute de place, et des isolations ou des contentions forcées en dehors des cas exceptionnels nécessitant ce type de pratiques. PUBLICITE inRead invented by Teads Pour l'infirmier vivant au quotidien ces dérives, un responsable: "Des objectifs de gestion et d'administration" que les dirigeants de la structure ont appliqué en faisant "porter l'effort sur les patients eux-mêmes, par une déconsidération de leur besoins, de l'égard et du respect qui leur est du, et de leur sécurité". Voir aussi: Hôpitaux de Paris - Un déficit plus lourd que prévu en 2017 Et l'infirmier de décrire (et de confirmer au passage) les conditions imposées pour remplir ces objectifs: des"capacités d'accueil des urgences dépassées avec installation de patients à même le sol et contentions sur brancards dans les couloirs, patients en isolement ou en restriction de liberté à cause d'une configuration de services ou des effectifs soignants insuffisants ne permettant pas un accès à des espaces communs sécurisés". Face aux alertes préalablement lancées, les réponses apportées auraient été pires que le mal. Entre la création de chambres "dans des salles réquisitionnées (...¦) sans point d'eau", des "sorties anticipées de patients fragiles", et la "cohabitation de patients psychiquement instables" pris en charge par "de rares effectifs supplémentaires souvent sans expérience ni connaissance de ces patients particuliers". L'infirmier explique enfin que la direction, pour remplir ces objectifs, s'appuie aussi sur un "bénéfice vicieux", celui de l'implication des personnels soignants "pris en otage par les besoins et attentes des patients en souffrance devant eux". Le CHU de Saint-Etienne avait d'ailleurs publié un communiqué à l'issue des révélations pour louer "le professionnalisme et le sérieux" de ses équipes, assurant que depuis la visite du CGLPL, des mesures avaient été prises. Lire aussi: "Traitements inhumains" en psychiatrie, le CHU de Saint-Etienne répond La ministre de la Santé a annoncé ce jeudi 2 le versement de 250 millions d'euros de crédits pour les hopitaux qui avaient jusque-là été gelés. Les établissements se partageront donc 200 millions d'euros "en fonction de leur activité" et 50 millions supplémentaires "seront consacrés à des aides en trésorerie pour des établissements en difficulté".»...

<< Sommaire | Catégorie
francesoir