MyBotsBlog -2M report

Chronologie Iphone S'abonner à notre Newsletter -Subscribe to our Newsletter Sat Jan 20 11:00:03 CET 2018
15/01/18 Nimes : licenciee pour avoir denonce des maltraitances dans un Ehpad, elle gagne son proces - France 3 Occitanie [france3-regions.francetvinfo]
10/01/18 La politique d'insertion des handicapes critiquee par la Cour des comptes [ouest-france]
09/01/18 Insertion professionnelle et handicap : la Cour des comptes etrille l'Agefiph et le FIPHFP [faire-face]
04/01/18 Barometre de la compensation des personnes en situation de handicap [compensationhandicap]
29/12/17 Dans un climat tendu, une nouvelle directrice nommee au centre pour autistes [lavoixdunord]
26/12/17 La recherche en drones va etre developpee dans les universites chinoises [french.people.com]
17/12/17 LesInrocks - ''Je suis une femme, je suis handicapee, je suis une proie facile'' [mobile.lesinrocks]
07/12/17 Defaut de prise en charge au Centre Alissa pour autistes a Aubry-du-Hainaut ce mercredi 06 decembre [va-infos]
05/12/17 Vous avez demande la MDPH, ne quittez pas...[ - Faire Face - Toute l'actualite du handicap moteur [faire-face]
05/12/17 Les ministres Agnes BUZYN et Sophie CLUZEL annoncent le lancement d'une reflexion sur la qualite de vie au travail dans les etablissements prenant en charge des personnes agees et des personnes handicapees - Communiques de presse - Ministere des Solidarites et de la Sante [solidarites-sante.gouv]
30/11/17 Parents now spend twice as much time with their children as 50 years ago - Daily chart [economist]
30/11/17 Parents now spend twice as much time with their children as 50 years ago - Daily chart [economist]
29/11/17 L'accueil petite enfance ''au milieu du gue'' [caissedesdepotsdesterritoires]
29/11/17 Autisme : l'edifiante histoire d'un centre en pointe - Le Point [lepoint]
27/11/17 Les indiscretions de la semaine en Limousin et en Nouvelle-Aquitaine - Limoges (87000) - Le Populaire du Centre [lepopulaire]
21/11/17 Condition d'accueil des enfants handicapes: La lanceuse d'alerte Celine Boussie relaxee [20minutes]
21/11/17 Condition d'accueil des enfants handicapes: La lanceuse d'alerte Celine Boussie relaxee [20minutes]


TED,Crise/Analyse de Crise,Tendances
La politique d'insertion des handicapes critiquee par la Cour des comptes [ouest-france]
Insertion professionnelle et handicap : la Cour des comptes etrille l'Agefiph et le FIPHFP [faire-face]
Barometre de la compensation des personnes en situation de handicap [compensationhandicap]
Dans un climat tendu, une nouvelle directrice nommee au centre pour autistes [lavoixdunord]
LesInrocks - ''Je suis une femme, je suis handicapee, je suis une proie facile'' [mobile.lesinrocks]
Defaut de prise en charge au Centre Alissa pour autistes a Aubry-du-Hainaut ce mercredi 06 decembre [va-infos]
Les ministres Agnes BUZYN et Sophie CLUZEL annoncent le lancement d'une reflexion sur la qualite de vie au travail dans les etablissements prenant en charge des personnes agees et des personnes handicapees - Communiques de presse - Ministere des Solidarites et de la Sante [solidarites-sante.gouv]
Vous avez demande la MDPH, ne quittez pas...[ - Faire Face - Toute l'actualite du handicap moteur [faire-face]
Parents now spend twice as much time with their children as 50 years ago - Daily chart [economist]
Parents now spend twice as much time with their children as 50 years ago - Daily chart [economist]
Autisme : l'edifiante histoire d'un centre en pointe - Le Point [lepoint]
L'accueil petite enfance ''au milieu du gue'' [caissedesdepotsdesterritoires]
Les indiscretions de la semaine en Limousin et en Nouvelle-Aquitaine - Limoges (87000) - Le Populaire du Centre [lepopulaire]
Condition d'accueil des enfants handicapes: La lanceuse d'alerte Celine Boussie relaxee [20minutes]

Tendances
La recherche en drones va etre developpee dans les universites chinoises [french.people.com]

Whistle Blowing,Tendances
Nimes : licenciee pour avoir denonce des maltraitances dans un Ehpad, elle gagne son proces - France 3 Occitanie [france3-regions.francetvinfo]
Condition d'accueil des enfants handicapes: La lanceuse d'alerte Celine Boussie relaxee [20minutes]

TED,Crise/Analyse de Crise,Tendances
La politique d'insertion des handicapes critiquee par la Cour des comptes 10/01/2018

«Les ressources du système d'insertion des personnes handicapées diminuent régulièrement. Les besoins restent importants, mais la gestion de l'Agefiph et du FIPHFP ne permet pas de dégager les moyens nécessaires. La Cour des comptes se montre très critique et appelle à une refondation. La proportion de personnes handicapées dans les entreprises est en progression comme le visait la loi de 1987. Celle-ci a donné obligation aux entreprises de plus de 20 salariés d'employer au moins 6% de travailleurs handicapés. Les entreprises qui n'atteignent pas ce niveau doivent payer des contributions à l'Agefiph. Le même mécanisme est en place pour les employeurs publics qui doivent contribuer, le cas échéant, au FIPHFP.»
[...]
«Les avantages en nature sont critiqués Les magistrats mettent en avant l’impasse financière dans laquelle se trouvent les deux organismes. L’Agefiph prélève pour son fonctionnement 10 % des fonds collectés, mais ceux-ci ont baissé de plus de 20 % entre 2012 et 2015 alors que les charges de fonctionnement sont restées pratiquement stables. La Cour pointe « l’octroi d’importants avantages en nature aux cadres de direction et le versement d’indemnités de licenciement et de transaction d’un montant élevé. » Le déficit de fonctionnement a crû régulièrement jusqu’à dépasser 76 millions d’euros en 2016. Les fonds propres sont actuellement de 82 millions d’euros, ce qui correspond à une seule année de déficit. »...

<< Sommaire | Catégorie
ouest-france

Insertion professionnelle et handicap : la Cour des comptes etrille l'Agefiph et le FIPHFP 09/01/2018

«Des institutions à « faible valeur ajoutée », qui obtiennent des résultats « insuffisants » et dont la gestion est « couteuse et mal maitrisée« . Difficile de se montrer plus dure. Dans un référé rendu public lundi 8 janvier, la Cour des comptes va jusqu'à remettre en cause l'utilité même du FIPHFP. Elle l'invite ainsi que l'Agefiph à une totale « refondation« . Selon la Cour des comptes, l'Agefiph et le FIPH-FP naviguent à vue, « sans stratégie ni expertise propre » et se contentent d'intervenir « essentiellement comme de simples financeurs« . Pourtant, l'objectif qui leur a été assigné au moment de leur création, l'Agefiph en juillet 1987 et le FIPHFP par la loi du 11 février 2005, était de favoriser une insertion durable des personnes handicapées dans le champ de l'emploi. Or, la Cour rappelle qu'avec plus de 18 % de taux de chômage, les personnes handicapées sont deux fois plus concernées par les difficultés à trouver un emploi que le reste de la population active. Le nombre de chômeurs avec un handicap vient d'ailleurs de franchir la barre des 500 000. Elle souligne aussi que les quotas de 6 % de travailleurs en situation de handicap ne sont atteints ni dans le secteur public (5,3 %) ni dans les entreprises privées (3,4 % en emplois directs). Son référé, rendu public lundi 8 janvier, n'est pas tendre avec les deux organismes.»
[...]
«Des frais de gestion trop élevés pour l’Agefiph La Cour des comptes impute ces « résultats insuffisants » aux deux organismes qui collectent, l’une auprès des entreprises privées, l’autre chez les employeurs publics, les contributions de ceux qui ne remplissent pas leurs obligations d’embauche dès lors qu’ils comptent au moins 20 salariés. Le premier reproche concerne des frais de gestion trop élevés, à hauteur de 10 % du budget. Frais qui diminuent bien peu en regard de la baisse, drastique elle, des sommes collectées. Elle pointe aussi de trop nombreux avantages en nature pour les cadres dirigeants ou encore de fortes indemnités de licenciement. »...

<< Sommaire | Catégorie
faire-face

Barometre de la compensation des personnes en situation de handicap 04/01/2018

«Baromètre de la compensation des personnes en situation de handicap Aides humaines, matériels techniques, aménagements (logement, véhicule) ou tout autre aide peuvent grandement faciliter la vie quotidienne des personnes en situation de handicap, leur permettre de gagner en autonomie et donc de participer à la vie en société. La loi stipule que ces compensations doivent être à la hauteur des besoins des personnes...¦ Mais qu'en est-il vraiment ? C'est tout l'objet de ce baromètre de la compensation APF - Faire Face de leur permettre d'évaluer ces aides !»...

<< Sommaire | Catégorie
compensationhandicap

Dans un climat tendu, une nouvelle directrice nommee au centre pour autistes 29/12/2017

«C'est un établissement qui a ouvert ses portes en 2015. Le centre Alissa à Aubry-du-Hainaut prend en charge trente enfants autistes au sein d'un Institut médico-éducatif (IME) et d'un Service d'éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD). Début décembre, les parents des enfants accueillis sont montés au créneau avec une pétition ayant recueilli une vingtaine de signatures, selon la présidente du conseil de vie sociale (l'organe représentant les parents). « Cette semaine-là, il y a eu des arrêts maladie, des personnels en formation, se remémore encore Isabelle Jadas. (Le jour de la saint-Nicolas) il n'y avait plus de cadre et une éducatrice de l'IME s'est retrouvée avec une stagiaire pour dix enfants. La mobilisation des parents, c'était pour soutenir les professionnels. » « Ma fille a fait des crises pendant deux jours. Ces enfants ont leur cadre, leur visage, leur référent et forcément ils sont perturbés. » Les parents dénoncent un personnel « livré à lui-même » depuis le départ, il y a dix-huit mois de la directrice du centre. « Nous amenons Valentine au centre tous les jours, nous nous rendons compte de ce qui se passe. Les arrêts maladie s'enchainent et les démissions également », témoignent Patrick et Bénédicte Béra, de Denain. Selon eux, ces chamboulements auraient un impact sur leur fille : « Ma fille a fait des crises pendant deux jours. Ces enfants ont leur cadre, leur visage, leur référent et forcément les enfants sont perturbés. ».»
[...]
« Difficultés de recrutement AFG Autisme qui gère le centre a organisé une réunion sur le sujet il y a une quinzaine de jours en présence de Valérie Létard. La sénatrice a joué les médiateurs : « Le sujet avait besoin d’être apaisé. Vous ne recrutez pas un directeur d’établissement avec un haut niveau de compétences comme cela. Il y a eu beaucoup d’efforts de la direction, depuis un bon moment. » Romaric Bruiant, le directeur général d’AFG Autisme, fait son mea culpa : « On entend et on comprend les inquiétudes des familles. Nous n’avons pas été bons communicants, pas assez rassurants. » Sur le fond, l’AFG estime que les démissions ont été compensées ces dernières semaines par des recrutements. Et met en avant les difficultés à trouver des candidats : « On a lancé trois phases de recrutement. Deux menées par nos soins et la 3e par un cabinet pour trouver un directeur, sans succès. » »...

<< Sommaire | Catégorie
lavoixdunord

LesInrocks - ''Je suis une femme, je suis handicapee, je suis une proie facile'' 17/12/2017

«Près d'une femme en situation de handicap sur trois est victime de violences sexuelles. Lorsque leur handicap est psychique, elles sont près de 90 % à avoir subi de tels actes. A part quelques associations et praticiens engagés, ces viols massifs se déroulent dans une invisibilité générale. Eté 2013. Laura* revient d'un séjour adapté. Dans son appartement, l'étudiante découvre avec plaisir que l'ami avec qui elle entretient une relation épistolaire depuis plusieurs mois est de passage dans le coin. Il lui propose de passer boire un café chez elle. La jeune femme accepte. Pour elle, c'est plus simple de limiter les sorties. Laura est atteinte d'infirmité motrice cérébrale, contrainte de se déplacer en fauteuil roulant. Au bout de quelques instants dans l'appartement, l'homme pose sa tasse et se penche sur elle pour la violer. L'agression se déroule sur le fauteuil roulant où elle subit l'assaut sans pouvoir bouger. De longues minutes passent avant qu'un coup de fil n'interrompe l'agresseur. C'est son patron. Il répond avant de s'en aller tranquillement. Laissant Laura, à peine 20 ans, gisante dans son fauteuil. Brisée.»
[...]
«90 % des femmes autistes victimes de violences sexuelles "Ces victimes sont totalement invisibilisées, encore plus que les femmes valides qui le sont pourtant déjà", déplore Muriel Salmona, psychiatre et traumatologue, spécialiste des violences sexuelles. Elle l'assure, toutes ses patientes handicapées ont été victimes de viols, tout particulièrement celles atteintes de handicap psychique. Car un chiffre est encore plus effarant que les précédents. Selon une étude remontant à 2014, de 31% de femmes tous handicaps confondus victimes de violences physiques, le chiffre pour les violences sexuelles passe à 80 % pour les femmes atteintes de troubles psychiques et à 90 % pour celles atteintes des troubles du spectre de l’autisme. Les femmes atteintes de troubles psychiques, souvent manipulables, sont les "victimes idéales" pour les prédateurs sexuels. Elles parleront rarement et si elles le font, on les prendra tout aussi rarement au sérieux. Impunité totale, neuroleptiques, contention et isolement D'après les spécialistes, le viol aggrave le handicap en lui-même. Le traumatisme de l'agression a de lourdes conséquences sur le plan neurologique. Pis, la plupart du temps, les médecins ne feront pas le lien entre l'aggravation et l'agression subie. Ainsi, les syndromes traumatiques vont être pris comme des symptômes du handicap et donc traités comme tels. "C'est absolument parfait pour les agresseurs, grince Muriel Salmona. Il y a une impunité encore plus totale." En France, les spécialistes des handicaps psychiques ne sont pas formés à l'expression des troubles psychotraumatiques. "Un comportement inapproprié, comme l'introduction d'objets dans le sexe ou le fait de se déshabiller sans raison sera pris comme une conséquence du handicap et non du viol", estime Muriel Salmona. Réponse à la victime : neuroleptiques à haute dose, contention ou encore isolement. "Ces femmes vont exploser à l'intérieur. Elles vont devenir ce que l'on appelle des 'handicapées difficiles' dont on va alourdir le traitement, poursuit Muriel Salmona. C'est une inversion totale de la punition." »...

<< Sommaire | Catégorie
mobile.lesinrocks

Defaut de prise en charge au Centre Alissa pour autistes a Aubry-du-Hainaut ce mercredi 06 decembre 07/12/2017

«Patrick Bera, parent d'un enfant autiste : « C'est un appel au secours pour nos enfants ! » Depuis 2012, un SESSAD a vu le jour sur Aubry-du-Hainaut. Certes, le local fourni gracieusement par la commune d'Aubry-du-Hainaut constituait une première étape, car l'objectif d'un nouveau centre à la hauteur de l'enjeu était dans les cartons. Avec l'appui de la sénatrice Valérie Létard, de Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé, le projet Alissa s'est concrétisé avec la construction d'un superbe établissement sur la même commune. Cette histoire fut rendu possible grâce à l'agrégation d'une association de gestion, l'AFG, spécialisée dans l'exploitation des centres pour autistes. L'ouverture de ce nouveau centre, avec 10 places pour l'IME, et 20 places pour le SESSAD, s'est déroulée en décembre 2015, jamais une inauguration n'a eu lieu. Par contre, parents et professionnels sont unanimes sur la qualité de cet équipement, c'est une pépite rare. Odile Dewever, la directrice à l'époque, a porté ce projet durant des années, puis en juillet 2016 est partie via une rupture conventionnelle. Depuis cette date, aucun recrutement n'est intervenu pour remplacer un poste à responsabilité en charge d'une dizaine de professionnels, pour chaque service composé en partie de personnel éducatif et paramédical pour l'IME et le SESSAD. Et la fin de l'histoire est...¦ « aucun accueil ce mercredi à 9H, il a été retardé. Ce ne fut qu'une garderie au final, aucune prise en charge de notre enfant Valentine. A midi, un camion est venu livrer des pizzas...¦ », commente Bénédicte Bera. « Lorsque vous êtes devant une porte close d'un centre pour l'accueil des enfants en IME, voire SESSAD, vous vous posez des questions ! », poursuit-elle.»
[...]
«Cette situation vient sanctionner une gestion des effectifs troublantes par l’AFG. « Elle découle d’une vacance de la direction. Il n’y a pas de capitaine dans le bateau depuis 18 mois ! », commente Patrick Bera. De plus, la situation s’est accélérée ces derniers mois. De juillet 2016 à juillet 2017, la chef de service était devenue la directrice par intérim. « Elle avait toujours indiqué qu’elle ne voulait pas, à terme, devenir la directrice du Centre Alissa. Pourtant, la direction d’AFG a obtenu son accord pour prendre ce poste cet été. Depuis septembre 2017, elle est en arrêt maladie, ou plutôt en burn-out », souligne Patrick Bera. « Je pense que l’on ne la reverra plus du tout », ajoute Bénédicte Sera. La conséquence directe est une accélération des difficultés « depuis ce mois de septembre. Les arrêts maladie tombent en cascade, la seule cadre (la psychologue) est toujours en formation, ou en réunion, et se trouve régulièrement absente (comme aujourd’hui, voire revenue en catastrophe) », ajoute Patrick Bera. Isabelle Jadas, présidente du CVS (Conseils de la Vie Sociale) claque sans détour : « Il est anormal que le Centre Alissa n’est pas de direction depuis 18 mois. L’AFG minore la situation, tout se passe bien selon eux. En juillet 2016, ils ont voulu tout simplement récupérer le contrôle ! » « A force de tirer sur la corde, nous sommes à bout. Cette situation nous déchire. On colmate depuis des mois. Nous sommes en autonomie depuis 18 mois. Bien sûr, les problèmes se sont accentués depuis septembre 2017 et l’arrêt de la chef de service. Elle avait toujours indiqué qu’elle ne voulait pas embrasser la fonction de direction », explique Sylvie (un pseudo), une salariée du Centre Alissa. « D’un autre coté, je n’ai jamais connu une défaillance vis à vis de mon enfant », souligne Anne-Laure Lemoine, un parent d’enfant autiste. Ce factuel constitue l’élément tangible sur lequel s’appuie AFG ! Cela permet du coté de Paris de se dire-Tout va bien à Aubry, car « l’AFG compte sur notre conscience professionnelle pour faire face à leur carence de management », précise Patricia (un pseudo), une autre salariée. La direction de l’AFG, non joignable ce mercredi 06 décembre, évoque devant les parents une difficulté à recruter une compétence en charge du Centre Alissa sur Aubry-sur-Hainaut. On pourrait prendre pour argent comptant cet argument quelques mois plus tard, mais 18 mois…c’est étonnant, car la chef de service promue cet été ne voulait pas de ce poste. AFG le savait d’où son arrêt maladie dans la foulée… ! D’ailleurs, chose surprenante « on nous dit qu’un recrutement est en cours. Aujourd’hui, 06 décembre, vous n’avez aucune annonce d’offres d’emploi pour le Centre Alissa sur leur propre site internet, alors qu’ils en existent pour d’autres structures », poursuit Patrick Ber »...

<< Sommaire | Catégorie
va-infos

Les ministres Agnes BUZYN et Sophie CLUZEL annoncent le lancement d'une reflexion sur la qualite de vie au travail dans les etablissements prenant en charge des personnes agees et des personnes handicapees - Communiques de presse - Ministere des Solidarites et de la Sante 05/12/2017

«La première réunion du groupe de travail national sur la qualité de vie au travail, piloté par la Direction Générale de la Cohésion sociale (DGCS), à la demande des ministres Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé et Sophie CLUZEL, secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées s'est tenue le vendredi 1er décembre 2017. Cette démarche prend acte de l'importance de cette question évidemment pour le personnel lui-même mais également pour la qualité des soins qu'ils apportent aux personnes qu'ils accompagnent. Ce groupe de travail composé des administrations centrales, des caisses, des agences de l'Etat, des collectivités locales et des Agences Régionales de Santé (ARS) ainsi que des partenaires sociaux (fédérations d'employeurs et organisations syndicales de salariés), se donne pour objectifs principaux de :
• promouvoir et généraliser des démarches de qualité de vie au travail dans les EHPAD et les établissements du champ du handicap, sur l'ensemble du territoire, en réfléchissant notamment sur les outils les plus pertinents et en capitalisant sur les expériences inspirantes déjà engagées ;
• mobiliser les branches professionnelles du secteur sur l'appropriation de ces démarches notamment par le biais de la formation continue de leurs équipes ;
• favoriser le développement de la négociation professionnelle sur ces thématiques. Cette première séance a permis de présenter la démarche envisagée et de partager les objectifs du groupe avec l'ensemble des participants. Le groupe de travail mènera ses travaux jusqu'à la fin du premier trimestre 2018 et aboutira à la production d'un document partagé sur les enjeux, les outils et leviers ainsi que les initiatives inspirantes visant à améliorer la qualité de vie au travail dans ces établissements.»...

<< Sommaire | Catégorie
solidarites-sante.gouv

Vous avez demande la MDPH, ne quittez pas...[ - Faire Face - Toute l'actualite du handicap moteur 05/12/2017

«Quatre mois et demi : c'est, en moyenne, le temps que les MDPH mettent pour traiter les demandes des personnes handicapées. Un délai stable depuis plusieurs années...¦ mais qui varie énormément d'un département à l'autre. Les années passent, l'attente demeure. En 2016, les adultes ayant déposé une demande auprès de leur Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) ont du patienter 4 mois et 15 jours avant d'obtenir une réponse. Cet indicateur figure dans la synthèse de leurs rapports d'activité rendue publique fin novembre par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA). C'est un peu plus qu'en 2015 : 4 mois et 12 jours. Pour les enfants, le traitement est un peu plus rapide : 3 mois et 17 jours. Le plus inquiétant ? Ces délais, adultes et enfants, ne bougent pas depuis 2012. Donc ne s'améliorent pas ! 4,5 millions de demandes en 2016 A la décharge des MDPH, le nombre de demandes a fortement augmenté. L'an passé, elles ont en traité plus de 4,5 millions : 500 000 de plus qu'en 2014. Autrement dit, elles réussissent à absorber l'afflux de dossiers sans allonger leur temps de traitement individuel. Cette explication ne peut toutefois pas satisfaire les personnes en situation de handicap. Le code de l'action sociale et des familles accorde d'ailleurs, implicitement, quatre mois maximum aux MDPH pour donner leur réponse.»
[...]
«4,5 millions de demandes en 2016 À la décharge des MDPH, le nombre de demandes a fortement augmenté. L’an passé, elles ont en traité plus de 4,5 millions : 500 000 de plus qu’en 2014. Autrement dit, elles réussissent à absorber l’afflux de dossiers sans allonger leur temps de traitement individuel. Cette explication ne peut toutefois pas satisfaire les personnes en situation de handicap. Le code de l’action sociale et des familles accorde d’ailleurs, implicitement, quatre mois maximum aux MDPH pour donner leur réponse. Jusqu’à onze mois d’attente dans certains départements De plus, ce temps d’attente de quatre mois et quinze jours, pour les adultes, représente une moyenne. Il varie énormément d’un département à l’autre. Il existe « un rapport de onze entre les délais minimum et maximum observés, allant de un à onze mois », souligne la CNSA. Cette dernière n’a pas encore dévoilé les statistiques départementales. Mais en 2016, la Meuse faisait figure de meilleur élève alors que la Martinique était bonne dernière. Patience… »...

<< Sommaire | Catégorie
faire-face

Parents now spend twice as much time with their children as 50 years ago - Daily chart 30/11/2017


«PARENTS these days spend a lot more time with their offspring, or at least middle-class parents do. One analysis of 11 rich countries estimates that the average mother spent 54 minutes a day caring for children in 1965 but 104 minutes in 2012. Men do less than women, but far more than men in the past: their child-caring time has jumped from 16 minutes a day to 59.» [...]
«At the same time a gap has opened between working-class and middle-class parents. In 1965 mothers with and without a university education spent about the same amount of time on child care. By 2012 the more educated ones were spending half an hour more per day. The exception is France, where the stereotype of a bourgeois couple sipping wine and ignoring their remarkably well-behaved progeny appears to be accurate. »...

<< Sommaire | Catégorie
economist

Parents now spend twice as much time with their children as 50 years ago - Daily chart 30/11/2017


«PARENTS these days spend a lot more time with their offspring, or at least middle-class parents do. One analysis of 11 rich countries estimates that the average mother spent 54 minutes a day caring for children in 1965 but 104 minutes in 2012. Men do less than women, but far more than men in the past: their child-caring time has jumped from 16 minutes a day to 59.» [...]
«At the same time a gap has opened between working-class and middle-class parents. In 1965 mothers with and without a university education spent about the same amount of time on child care. By 2012 the more educated ones were spending half an hour more per day. The exception is France, where the stereotype of a bourgeois couple sipping wine and ignoring their remarkably well-behaved progeny appears to be accurate. »...

<< Sommaire | Catégorie
economist

Autisme : l'edifiante histoire d'un centre en pointe - Le Point 29/11/2017


«En cette froide soirée de novembre, autour d'une simple table, dans un local dépouillé du quartier Beaubreuil, à Limoges, une dizaine de mères et un père sont réunis par une cause commune, le combat qu'ils mènent afin d'élever leurs enfants autistes. Pendant plusieurs heures, ils vont nous raconter à tour de rôle leur histoire personnelle, les yeux humides, la voix souvent mal assurée. Chaque tranche de vie sera marquée d'un repère clé : l'ouverture du Centre expert autisme Limousin (CEAL), en 2014, qui a tout changé pour eux, et dont le financement est sur la sellette. Emilie a deux enfant...»...

<< Sommaire | Catégorie
lepoint

L'accueil petite enfance ''au milieu du gue'' 29/11/2017

«Lors du Congrès des maires, à la veille de la négociation de la convention d'objectifs et de gestion 2018-2022 entre l'Etat et la Cnaf, le ministère des Solidarités et la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées ont donné quelques pistes sur l'évolution du cadre national de l'accueil petite enfance. Un chef de file - une collectivité, la CAF ou la MSA -, associé à une "conférence des financeurs", pourrait à l'avenir être désigné localement "pour piloter les décisions relatives à l'implantation, à l'autorisation et au financement" des lieux d'accueil. Ce que prévoit d'ailleurs le projet de loi "droit à l'erreur". Alors qu'un nouveau directeur général de la Cnaf s'apprêtait à prendre ses fonctions, l'atelier a également permis aux élus et aux représentants de l'Etat de discuter du "bilan" de ces cinq dernières années. A l'atelier "Petite enfance" du Congrès des maires de France, le 23 novembre 2017, c'était "l'heure des bilans" et "des perspectives", selon Elisabeth Laithier, maire-adjointe de Nancy, qui présidait la séance. L'Etat et la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) s'apprêtent en effet à entamer les négociations relatives à la convention d'objectifs et de gestion (COG) 2018-2022. Un nouveau directeur général de la Cnaf prend ses fonctions ces jours-ci, en la personne de Vincent Mazauric, ancien directeur général adjoint des finances publiques depuis 2014 (voir communiqué du ministère des Solidarités). Il remplace Daniel Lenoir qui, présent à l'atelier, a présenté son analyse de la COG 2013-2017 (voir notre encadré ci-dessous).»
[...]
«Accueil des enfants handicapés : les aides de la CAF insuffisantes ? Concernant l'accueil des enfants en situation de handicap, Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, a rappelé que le fonds "publics et territoires", doté de 380 millions pour 2013-2017, avait pu être mobilisé par l'Etat et la Cnaf "pour accompagner financièrement les communes qui souhaitent investir, pour faciliter l'accès des enfants en situation de handicap aux services et à des activités périscolaires". "Cet effort devrait être poursuivi", selon la secrétaire d'Etat. Le Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge a en outre été saisi sur l'accueil de l'enfant en situation de handicap de moins de 6 ans (voir notre article du 24 octobre 2017). L'état des lieux est attendu pour la fin du 1er trimestre 2018. "Dans certains cas, le handicap nécessite du personnel supplémentaire", a réagi Blandine Reynaud, maire-adjointe de Lyon. Selon elle, l'aide actuelle de la CAF est "beaucoup trop légère". Pour Sophie Cluzel, les lieux d'accueil ont intérêt à mobiliser les services spécialisés type centres d'action médico-sociale précoce (Camsp) et centres médico-psycho-pédagogiques (CMPP), soulignant que les "petites équipes pluridisciplinaires mobiles commencent à se développer". La secrétaire d'Etat a également insisté sur l'enjeu de formation. »...

<< Sommaire | Catégorie
caissedesdepotsdesterritoires

Les indiscretions de la semaine en Limousin et en Nouvelle-Aquitaine - Limoges (87000) - Le Populaire du Centre 27/11/2017

«Centre expert autisme Les menaces de baisse de budget qui pèsent sur le centre expert autisme du Limousin (nos éditions des 11 et 20 octobre) ont fait l'objet de quatre pages dans le dernier numéro du magazine Le Point. L'auteur fait notamment état de son impossibilité à réaliser un sujet sur le dispositif expérimental d'inclusion d'enfants autistes, Aramis, à l'école de Saint-Germain-les-Vergnes, en Corrèze, indiquant que « l'agence régionale de santé a interdit le reportage ». Le Populaire essaie aussi d'écrire un article sur le même dispositif d'inclusion transposé à Boisseuil, en Haute-Vienne, mais sans plus de succès...»...

<< Sommaire | Catégorie
lepopulaire

Condition d'accueil des enfants handicapes: La lanceuse d'alerte Celine Boussie relaxee 21/11/2017

«Céline Boussié, une ancienne salariée de l'institut médico-éducatif (IME) de Moussaron, dans le Gers, poursuivie pour diffamation après avoir dénoncé les conditions d'accueil des enfants handicapés dans cet établissement, a été relaxée mardi par le tribunal correctionnel de Toulouse. >> A lire aussi : Le gouvernement dépose une plainte visant la gestion d'un institut pour handicapés dans le Gers Wendy Bouchard, journaliste à Europe 1, station sur laquelle la lanceuse d'alerte avait notamment tenu ces propos, et qui était aussi visée par la procédure, a également été relaxée. « Me relaxer, c'est reconnaitre ce qu'ont souffert ces enfants pendant 20 ans », a commenté Céline Boussié, en sortant de la salle d'audience, entourée par des membres de son comité de soutien, qui ont longuement applaudi à l'annonce de la décision de justice. « Ce combat est un combat pour l'humain », a dit celle qui préside aussi l'association Handi'Gnez-vous. La relaxe est « un message d'espoir magnifique pour les travailleurs sociaux, pour les lanceurs et lanceuses d'alerte ». « Le message c'est : "parlez, bon sang, libérez la parole". Il faut le faire car ne pas le faire, c'est au détriment des personnes fragiles et vulnérables ».»
[...]
«Des maltraitances racontées dans Zone Interdite, sur M6 Lors de l’audience, en septembre dernier, Céline Boussié, larmes aux yeux, avait raconté les maltraitances que vivaient, selon elle, les enfants dans cet IME en 2013. Des extraits d’un reportage de Nicolas Bourgouin, pour Zone Interdite sur M6, avaient aussi été diffusés, montrant des enfants attachés, des lits trop petits, les enfants enfermés. « Trait pour trait, c’est ce que je voyais », avait assuré Céline Boussié, avant de dénoncer notamment « l’enfermement d’une jeune fille pendant dix jours » ou « des coups portés aux enfants ». Dans un rapport fin 2013, l’Agence régionale de santé (ARS) avait constaté de « graves dysfonctionnements » dans les conditions d’installation et de fonctionnement « de cet IME pour enfants atteints de lourds handicaps et dénoncé des » violences institutionnelles". »...

<< Sommaire | Catégorie
20minutes

Tendances
La recherche en drones va etre developpee dans les universites chinoises 26/12/2017

«La Chine va proposer et régulariser le développement commercial des véhicules aériens sans pilote (UAV), avec en particulier la mise en place de spécialités relatives à cette matière dans les universités et les collèges professionnels, a rapporté le National Business Daily, citant un rapport publié le 22 décembre par le Ministère de l'industrie et des technologies de l'information (MIIT). L'utilisation commerciale des drones est l'un des rares produits de haute technologie chinois dont le développement est au premier rang mondial. Ces dernières années, la fabrication des drones à usage commercial s'est développée rapidement et ces machines ont été largement utilisées dans des domaines comme la consommation personnelle, la protection des végétaux, la cartographie et les ressources énergétiques. Selon la directive, les universités et les collèges professionnels seront encouragés à créer une spécialité destinée à former des professionnels multi-niveaux et multi-types pour l'industrie des drones. Le transfert des technologies militaires pour un usage commercial sera également encouragé.»...

<< Sommaire | Catégorie
french.people.com

Whistle Blowing,Tendances
Nimes : licenciee pour avoir denonce des maltraitances dans un Ehpad, elle gagne son proces - France 3 Occitanie 15/01/2018

«Myriam Garet avait été licenciée de la maison de retraite "Les Oliviers" à Nimes pour avoir dénoncé des violences sur une pensionnaire de 93 ans. Les Prud'hommes viennent de condamner l'établissement à lui payer 18.000 euros d'indemnités et 6.000 euros à Pôle emploi. "Elle ne se plaignait pas mais elle était plus ou moins triste. Surtout, elle me disait sans arrêt, ne dis rien, ne dis rien, tu parles trop et ça me retombe dessus. C'était sa façon d'alerter. Elle avait peur des représailles" déclarait la fille de la victime en mai 2016.»
[...]
« Une jeune aide soignante de la maison de retraite, qui travaillait dans l'établissement depuis près de sept ans, a été la première à lancer l'alerte. Elle avait notamment pris des photos des maltraitances pour justifier ses dires à la directrice. A sa grande surprise, elle a été mise à pied puis licenciée pour faute grave (sans indemnité) fin mai 2016. J'ai dérangé et il a fallu m'éliminer Elle décide de se battre et saisit le conseil des prud'hommes de Nîmes pour contester son licenciement et pour reconnaître son rôle de lanceuse d'alerte. "Je voudrais qu'il reconnaisse qu'il y eu des actes de maltraitances et que moi j'ai simplement dénoncé les choses et que j'ai été injustement licenciée. J'ai dérangé et il a fallu m'éliminer," nous expliquait Myriam Garet. Le conseil des prud'hommes a donc condamner l'Ehpad "Les Oliviers" à payer la somme de 18.000 euros à Myriam Garet et 6.000 euros à Pôle emploi. »...

<< Sommaire | Catégorie
france3-regions.francetvinfo

Condition d'accueil des enfants handicapes: La lanceuse d'alerte Celine Boussie relaxee 21/11/2017

«Céline Boussié, une ancienne salariée de l'institut médico-éducatif (IME) de Moussaron, dans le Gers, poursuivie pour diffamation après avoir dénoncé les conditions d'accueil des enfants handicapés dans cet établissement, a été relaxée mardi par le tribunal correctionnel de Toulouse. >> A lire aussi : Le gouvernement dépose une plainte visant la gestion d'un institut pour handicapés dans le Gers Wendy Bouchard, journaliste à Europe 1, station sur laquelle la lanceuse d'alerte avait notamment tenu ces propos, et qui était aussi visée par la procédure, a également été relaxée. « Me relaxer, c'est reconnaitre ce qu'ont souffert ces enfants pendant 20 ans », a commenté Céline Boussié, en sortant de la salle d'audience, entourée par des membres de son comité de soutien, qui ont longuement applaudi à l'annonce de la décision de justice. « Ce combat est un combat pour l'humain », a dit celle qui préside aussi l'association Handi'Gnez-vous. La relaxe est « un message d'espoir magnifique pour les travailleurs sociaux, pour les lanceurs et lanceuses d'alerte ». « Le message c'est : "parlez, bon sang, libérez la parole". Il faut le faire car ne pas le faire, c'est au détriment des personnes fragiles et vulnérables ».»
[...]
«Des maltraitances racontées dans Zone Interdite, sur M6 Lors de l’audience, en septembre dernier, Céline Boussié, larmes aux yeux, avait raconté les maltraitances que vivaient, selon elle, les enfants dans cet IME en 2013. Des extraits d’un reportage de Nicolas Bourgouin, pour Zone Interdite sur M6, avaient aussi été diffusés, montrant des enfants attachés, des lits trop petits, les enfants enfermés. « Trait pour trait, c’est ce que je voyais », avait assuré Céline Boussié, avant de dénoncer notamment « l’enfermement d’une jeune fille pendant dix jours » ou « des coups portés aux enfants ». Dans un rapport fin 2013, l’Agence régionale de santé (ARS) avait constaté de « graves dysfonctionnements » dans les conditions d’installation et de fonctionnement « de cet IME pour enfants atteints de lourds handicaps et dénoncé des » violences institutionnelles". »...

<< Sommaire | Catégorie
20minutes